10 méthodes pour investir en bourse avec les CFD

Ivestir en bourse

1. Positions courtes défensives

Il y a de nombreuses raisons pour lesquelles nous voulons investir et détenir des actions que, dans un monde idéal, nous devrions plutôt vendre.

Par ailleurs, une autre situation assez courante est de ne pas vouloir vendre pour l'instant, car cela entraînerait un lourd fardeau fiscal sur les gains en capital. Vous possédez peut-être aussi une participation dans une société par l'intermédiaire d'un fonds d'investissement, d'un fonds commun de placement ou d'un régime de retraite d'entreprise. Il se peut même que vous ayez reçu des options d'achat d'actions de la société pour laquelle vous travaillez, mais que vous ne pouvez pas les exercer pour le moment.

Quelle qu'en soit la raison, si vous voulez vous protéger contre le risque d'une éventuelle baisse du prix des actifs financiers que vous détenez à titre de placement, la vente d'un contrat de différence (CFD) peut couvrir votre investissement en cas de baisse du marché. Pour cela, la première chose à faire est de calculer l'exposition actuelle de votre investissement sur le marché. Par exemple, supposons que vous avez un placement de 10 000 $ dans une action que vous souhaitez couvrir et que vous avez un compte auprès d'un broker qui offre une marge obligatoire de 10 %, cela signifie que vous n'avez qu'à investir 1000 $ dans des CFD pour ouvrir une position équivalente et opposée afin de couvrir votre placement de 10 000 $.

2. L'effet de levier des CFD

Les brokers CFD doivent déterminer (ou du moins devraient) si leurs clients ont une expérience suffisante des formes d'investissement plus traditionnelles avant de leur permettre d'ouvrir un compte de trading. La raison principale de cette précaution importante est que le trading sur marge par le biais d'un produit financier tel que les CFDs permet à l'investisseur de multiplier son investissement jusqu'à 100 fois dans certains cas.

Un broker CFD typique exige habituellement un dépôt minimum de 100 $ à 1000 $ pour ouvrir un compte de trading et offre une marge initiale d'environ 10%. Avec un capital de 1000 $ et une exigence de marge de 10%, il est donc possible d'ouvrir une position CFD pour un maximum de 10 000 $. Par exemple, si nous anticipons une hausse du marché boursier au cours des prochaines semaines, mais que nous n'avons pas le capital initial pour investir, alors les CFD nous permettent d'emprunter de l'argent pour négocier sur le marché.

La plupart des brokers CFD permettent d'optimiser un investissement entre 5 et 10 fois le montant initial investi (ce qui signifie une exigence de marge de 20 % ou 10 %). Toutefois, dans le cas des CFD fondés sur des indices ou des devises, les exigences de marge peuvent être encore plus faibles, ce qui signifie un effet de levier plus agressif. Nous parlons même d'exigences de marge de 1 %, ce qui signifie que le courtier nous prête 100 fois l'investissement initial. Bien entendu, dans ces conditions, tout changement mineur de prix peut avoir un impact massif sur le résultat.

3. Positions longues / courtes agressives

Si la sécurité n'est pas la motivation principale du trader, alors il peut négocier agressivement des CFDs basés sur des actions ou un autre type d'instrument financier, en ouvrant des positions longues et courtes. Par exemple, si ce trader estime qu'un titre particulier est vulnérable à une nouvelle réglementation spécifique, à de mauvaises données économiques ou à un sentiment général négatif concernant le secteur auquel il appartient, il peut essayer de profiter de ces conditions pour réaliser un bénéfice avec une éventuelle baisse du cours de l'action.

Ainsi, si vous pensez qu'il y a de bonnes chances qu'une action subisse une légère baisse pour une raison ou une autre dans un court laps de temps, vous pouvez vendre un CFD (ouvrir une position courte) qui, par effet de levier, amplifiera l'effet de cette baisse du cours et la transformera en un gain substantiel. Naturellement, le même raisonnement fonctionne à l'inverse, c'est-à-dire si une hausse du cours de l'action est attendue en raison d'un événement particulier, le trader peut alors acheter un CFD (position longue) pour réaliser un bénéfice avec l'augmentation de la valeur de l'action.

4. Trading de paires d'actifs financiers

Royal Ductch Petroleum et Shell Transport and Trading sont en fait deux moitiés de la même société. Dans le cas de Royal Dutch Petroleum, ses actions sont cotées à la bourse d'Amsterdam tandis que les actions de Shell sont négociées à Londres. Malgré cela, en théorie, les prix des deux actions montent et baissent en même temps.

S'il y a un écart entre les deux parce que Shell monte plus que Royal Dutch (ce qui diminue le taux de dividende), le trader peut s'attendre à ce que l'anomalie soit corrigée tôt ou tard. Dans ce cas, il peut ouvrir une position courte sur les CFDs de Shell et une position longue sur les CFDs de Royal Dutch.

Peu importe ce qui se passera ensuite en termes de mouvements absolus des prix. Les deux actions peuvent monter ou baisser, mais pendant que l'écart entre les prix se refermera, le trader fera des profits avec sa position longue dans Royal Dutch qui seront supérieurs aux pertes de la position courte sur le titre Shell.

Cependant, cet arbitrage n'est pas aussi simple qu'il n'y paraît. Dans cet exemple, les disparités entre les prix des deux actions peuvent durer des années, donc cette paire n'est pas adaptée au trading de CFD. Cependant, elle sert à illustrer le principe.

Des exemples classiques de trading avec des paires d'instruments impliquent des actions d'éditeurs de logiciels tels que Microsoft et SAP. Une baisse du prix du dollar affectera certainement les revenus de Microsoft tandis qu'une hausse de l'euro apporterait plus de profits à SAP, une société allemande.

Le trading de paires d'actifs financiers dépend de la capacité de l'investisseur à détecter des anomalies sur le marché, qui pourraient persister pendant des mois, voire des années ou disparaître du jour au lendemain. Pour cette raison, ce type de trading n'est jamais sans risque.

5. Couverture des investissements

Par exemple, si un investisseur a un portefeuille d'investissement en actions britanniques, qui reflète l'indice FTSE 100, il peut alors ouvrir une position courte sur CFDs basée sur l'indice FTSE 100 pour couvrir son investissement. Cependant, il est important de garder deux choses à l'esprit.

Premièrement, un broker qui offre des CFD indiciels couvre normalement son risque en achetant ou en vendant des contrats à terme sur l'indice. Par conséquent, il se voit facturer dune marge sur les cours acheteur et vendeur pour l'acquisition de contrats à terme standardisés. Cette marge est transmise directement au client car il s'agit d'un coût que le broker a dû supporter pour couvrir son risque et réaliser la transaction de l'investisseur. Cela signifie qu'il est parfois préférable de négocier directement avec des contrats à terme (cela dépend du broker et du marché, entre autres facteurs).

Deuxièmement, il est assez rare qu'un portefeuille d'investissements en actions puisse suivre la performance d'un indice tel que le FTSE et en réalité, il n'y a aucune raison pour que cela soit l'objectif de la stratégie d'investissement. Il existe de nombreux portefeuilles diversifiés d'actions ou d'autres instruments financiers qui sont moins risqués et offrent des rendements plus élevés.

Malgré cela, l'exemple montre clairement comment les CFDs peuvent être utilisés comme des instruments de couverture.

6. Spéculation sectorielle

Il y a des façons évidentes de spéculer en fonction des différents secteurs du marché. Par exemple, les ETF (Exchange Traded Funds) sont des instruments parfaits pour cela, si seulement il y en avait assez sur le marché. Mais les coûts d'assemblage d'un ETF font qu'ils ne sont proposés qu'aux secteurs les plus importants et les plus populaires, et en général uniquement pour une base plus large qui peut même devenir globale.

Cependant, il existe aujourd'hui des broker CFD qui proposent des produits construits autour des secteurs les plus importants qui composent les principaux indices boursiers tels que le FTSE ou le S&P 500 par exemple. Dans ce cas, il s'agit de produits qui couvrent des secteurs entiers tels que l'industrie pharmaceutique ou les logiciels par exemple.

Dans le cas de secteurs avec une volatilité supérieure à la moyenne, ou lorsque de bonnes nouvelles relatives à une entreprise peuvent améliorer considérablement le sentiment général envers l'ensemble du groupe d'actions qui compose le secteur, les CFDs sectoriels peuvent offrir des stratégies de trading très intéressantes, même lorsque le marché dans son ensemble est relativement calme.

7. Dividendes sur les CFD actions

Le point central derrière les CFD est qu'ils ont été créés pour donner aux traders tous les avantages de posséder des actions (ou d'autres types d'instruments financiers) sans les inconvénients, tels que le paiement de droits de timbre et le fait de ne pas pouvoir ouvrir de positions de vente à découvert.

Par conséquent, si nous détenons un CFD à base d'actions le jour où l'action sous-jacente devient ex-dividende, nous recevons alors le dividende (moins l'impôt). Inversement, si nous avons une position courte sur les CFDs à base d'actions à la date ex-dividende, alors nous devrons payer le montant du dividende qui sera déduit du compte.

8. Économie d'impôt

Ce que nous économisons sur les droits de timbre lorsque nous négocions des CFDs à base d'actions, nous finissons par le perdre sur les frais financiers. Par exemple, dans le cas des courtiers du Royaume-Uni, si la Banque d'Angleterre augmente le taux d'intérêt de ce pays, les frais quotidiens des brokers CFD sur les positions longues à un jour augmentent également. Cependant, il est important de se rappeler que presque tous les courtiers sont flexibles en termes de commissions et de frais financiers si le trader négocie fréquemment ou effectue des transactions à volume élevé.

9. Économie sur les spreads

En négociant par l'intermédiaire d'un broker qui offre un accès direct aux prix de niveau II (profondeur du marché), nous pouvons examiner en détail les transactions qui sont effectuées par le biais du carnet d'ordres électronique des principales bourses telles que la London Stock Exchange (LSE), nous pouvons donc spécifier nos propres prix pour nos opérations sur le marché. Si les ordres sont pris directement sur le marché par l'intermédiaire du carnet d'ordres, cela nous permet d'éviter le spread de marché qui peut représenter un coût élevé si nous négocions des volumes élevés.

10. Possibilité d'accumuler clandestinement des positions à fort volume sur le marché.

Les deux côtés d'une transaction CFD restent anonymes. Lorsqu'un broker CFD couvre sa position en achetant des actions sur le marché, il est soumis à toutes les règles habituelles, ce qui n'est pas exactement le cas de ses clients dont la participation reste secrète.

Par exemple, un broker CFD peut avoir acquis une part du marché dans des quantités telles qu'il accumule maintenant une part qui peut atteindre 10%, 15%, 20% ou plus de la société. Dans ce cas, il n'est pas tenu de divulguer l'identité de sa contrepartie dans les opérations initiales sur CFD qui l'ont amené à ouvrir la position sur le marché avec les actions. La seule information qui doit être divulguée est que le broker a ouvert une position sur le marché avec un certain nombre d'actions et à un prix spécifique.

Il se peut qu'un grand nombre de traders individuels aient choisi d'ouvrir des positions longues dans cette société par l'intermédiaire du même broker. Alternativement, il se peut que quelques investisseurs fortunés utilisent les CFDs pour exercer une pression à la hausse sur le cours de l'action par le biais d'un rachat d'entreprise.

compte démo gratuit