CFDs et dividendes - Comment fonctionnent-ils ?

Dividendes

Un trader qui investit dans un CFD sur action n'acquiert pas la propriété légale de l'actif sous-jacent, mais il participe pleinement à l'évolution des prix.

Il acquiert donc également - au moins mathématiquement parlant - le plein droit au dividende si la société verse un dividende. Il en va de même si la société accorde des droits de souscription ou des primes à ses actionnaires.

Les positions CFDs longues (achat) donnent le droit de percevoir les dividendes distribués au titre de l'action sous-jacente. Les détenteurs de positions short (vente) devront payer l'intégralité du dividende distribué.

Veuillez noter que certains brokers ne prennent pas en compte les versements de dividendes.

Les investisseurs sont parfois confus à l'idée de payer des dividendes pour les positions de CFDs à base d'actions. En fait, les principes sont faciles à comprendre.

D'abord, considérons ce qui se passe lorsque nous investissons directement dans des actions. Il y a trois dates importantes en ce qui concerne le dividende que nous devons toujours prendre en compte et que nous allons expliquer ci-dessous :

Dates importantes de paiement des dividendes

La première est la date ex-dividende, dont l'importance réside dans le fait que si nous achetons les actions le même jour à une date ultérieure, nous n'avons pas le droit de recevoir le dividende. La deuxième date est la date d'enregistrement qui est toujours trois jours après la date ex-dividende, c'est le jour où l'investisseur doit avoir les actions en sa possession afin de recevoir les dividendes. Ce délai de trois jours est nécessaire pour liquider l'achat d'une action.

La troisième et dernière date est le jour de paie, qui est habituellement de deux à quatre semaines après les deux premières dates, c'est le moment où les dividendes sont finalement versés à l'investisseur qui détient les actions.

Paiement de dividendes sur les CFDs actions

Dans le cas des CFD sur actions, la situation est plus simple. La plupart des traders de CFD savent qu'il y a plusieurs crédits et frais (déduits directement du compte) qui doivent être payés pour maintenir une position de contrats pour différence ouverte et dans le cas des CFDs à base d'actions, l'ajustement du dividende est précisément une autre charge. En règle générale, les dividendes versés par une société sont généralement versés de deux à quatre semaines après la date ex-dividende. Par exemple, si la date ex-dividende chez ABC est le 3 août, il est probable que le paiement du dividende sera effectué durant la première semaine de septembre, disons le 10 de ce mois. Toutefois, dans le cas des CFDs, le paiement du dividende a lieu le jour ouvrable suivant le jour ex-dividende.

Cela signifie que si un investisseur détient une position longue ouverte sur des actions dans le cadre de contrats pour différence et qu'il la conserve jusqu'à la veille de la date ex-dividende, il acquiert alors le droit de recevoir un paiement égal au montant du dividende. Il est rappelé que le trader doit être en position avant la date ex-dividende pour recevoir le paiement du dividende. Par exemple, si la date ex-dividende d'une action sur laquelle nous ouvrons une position CFD longue est mercredi, alors il est obligatoire que le trader ait ouvert la position au moins le mardi pour que le paiement soit crédité.

Dans le cas de positions courtes de CFD sur actions, la situation est différente, car c'est désormais le trader qui doit l'équivalent du dividende, il est débité directement du compte trading. Le maintien d'une position courte ouverte par le biais de CFDs est positif dans le sens où le trader reçoit le paiement des intérêts par rapport à la marge utilisée dans l'opération, mais ce montant est relativement faible et ne compense pas le paiement des dividendes.

Par conséquent, si nous ouvrons une position courte sur des CFDs à base d'actions (position dans laquelle nous réalisons un profit si le cours de l'action baisse) avant la date ex-dividende, nous devons un montant équivalant au dividende qui sera déduit du compte.

Cela dit, parfois la situation n'est pas aussi claire que le décrivent les descriptions ci-dessus. Par exemple, un trader doit également tenir compte du fait que le cours d'une action change à la date ex-dividende pour refléter plus ou moins le montant du dividende (certains traders utilisent une stratégie de trading des dividendes pour exploiter les inefficacités du marché).

Au cours de la date ex-dividende, on peut s'attendre à ce que la valeur de l'action chute presque autant que le montant du dividende, ce qui maintient un niveau d'équité pour l'actionnaire conservateur.

En pratique, cela signifie qu'une position longue sur CFDs à base d'actions peut être affectée négativement à la date ex-dividende par la baisse du cours, même lorsque nous recevons des fonds pour un montant équivalant au dividende. À l'inverse, une position courte bénéficie de la baisse du cours qui compense le dividende débité du compte de trading. Habituellement, la variation du cours de l'action ne s'ajuste pas complètement à la valeur du dividende, ce qui permet l'application d'une technique de trading connue sous le nom de "stripping the dividend", mais dans ce cas nous pouvons voir qu'elle représente un ajustement marginal de la valeur totale de la position que nous soyons dans une position longue ou dans une position courte.

Dates et principaux termes relatifs aux dividendes

  • Dividende inclus (dividende cumulé) : cela signifie qu'une action est négociée sur le marché avec le dividende agrégé ou lié afin que les acheteurs aient la possibilité de recevoir le dividende.
  • Ex-dividende : si l'action est acquise à la date ex-dividende, l'acheteur n'a pas le droit de recevoir les dividendes. L'action doit être achetée avant la date ex-dividende pour que l'investisseur ait droit au paiement des dividendes. C'est la date la plus importante pour la plupart des traders de CFD, car ils doivent payer l'action avant cette date s'ils ont un intérêt dans le dividende. En d'autres termes, pour être éligible au paiement imminent du dividende, nous devons détenir les actions avant l'ouverture du marché à la date ex-dividende. Par exemple, si cette date s'avère être un mercredi (comme dans la plupart des cas), nous devons détenir les actions au plus tard à la clôture de la séance de bourse du mardi (sauf si nous avons la possibilité d'acheter des actions en dehors des heures de marché peu avant le début du détachement du coupon). Si nous vendons les actions après l'ouverture du marché à la date ex-dividende - même quelques secondes après l'ouverture du marché - nous recevons toujours le dividende, qui est payé à la date du paiement correspondante (qui est habituellement plusieurs semaines plus tard) même si nous n'avons plus les actions en notre possession. À la date ex-dividende, le cours de l'action baisse généralement d'un montant presque égal au dividende versé.
  • Date d'enregistrement : il s'agit de la date à laquelle les investisseurs doivent être inscrits comme actionnaires. Étant donné que l'achat d'une action n'est résolu que trois jours après la négociation de l'action, la date de référence est trois jours après la date ex-dividende. En pratique, on peut ignorer la date d'enregistrement - ce n'est qu'un facteur administratif - qui correspond normalement au vendredi de la même semaine que la date ex-dividende. Ce jour-là, l'investisseur est inscrit à titre de propriétaire des actions pendant un certain temps ou à une date antérieure à la date ex-dividende, même s'il a vendu ses actions entre la date ex-dividende et la date d'inscription (il est recommandé que l'investisseur soit vigilant quant au paiement du dividende envoyé à la date du paiement dans le cas où un courtier négligent ne ferait pas le suivi des opérations). Malheureusement, le protocole formellement appliqué aux annonces de date de dividende exige que la date de clôture des registres soit celle qui est la plus clairement indiquée, bien qu'elle ne soit pas la plus importante en ce qui concerne l'achat ou la vente d'une action.
  • Date de paiement : le jour où les dividendes sont payés, habituellement plusieurs semaines après la date d'enregistrement. Dans ce cas, l'investisseur n'est pas tenu d'être propriétaire des actions à la date du paiement, bien qu'il soit nécessaire qu'il les détienne à la date de référence. Incidemment, l'investisseur est propriétaire des actions (et est admissible à ce titre) au moment où le contrat est conclu (comme l'indique le billet relatif au contrat), quel que soit le moment où le paiement est effectué (ou même si, après avoir "vendu" avant le paiement de l'achat, l'investisseur ne paie pas).

Note : contrairement à ce que l'on pourrait croire, il faut faire attention à la "pêche aux dividendes" (l'achat d'actions afin d'être éligible au paiement du dividende qui sont vendues immédiatement), car elle est plus difficile qu'on ne le pense. En effet, le cours de l'action chute généralement d'une valeur équivalente ou assez proche du dividende à la date ex-dividende (à l'ouverture du marché ce jour-là, le cours de l'action n'inclut plus le bénéfice reçu d'un paiement imminent de dividende, puisque jusqu'à cette date les actions étaient achetées avec droit supplémentaire aux dividendes).

compte démo gratuit