Frais de courtage des contrats de différence

Frais de courtage CFD

CFD signifie Contracts for Difference, un type d'instrument financier dérivé qui offre au trader la possibilité d'obtenir des gains de change sur le prix d'un actif financier sous-jacent tel qu'une action, une paire de devises ou une marchandise, par exemple, sans en être propriétaire. Comme il s'agit d'un produit dérivé, l'investisseur ne doit payer qu'une fraction du coût de l'actif sous-jacent, ce qui signifie qu'il doit payer un intérêt basé sur la valeur totale de l'opération. Ce n'est qu'un des coûts des opérations sur CFD et le trader doit parfaitement connaître tous les coûts liés à cet instrument financier afin que ses opérations sur CFD soient rentables.

Tout d'abord, une commission doit être payée pour chaque transaction, qui est généralement de 0,1% ou 0,2% de la valeur de l'actif financier sous-jacent. Ces frais sont facturés à la fois pour l'ouverture et la fermeture de la position. Certains courtiers CFD ne facturent pas de commissions et sont généralement des teneurs de marché qui fixent leurs propres prix. Dans ces cas, il s'agit d'entreprises qui facturent des spreads plus élevés sur leurs prix par rapport aux cotations offertes par le marché. Comme vous pouvez le voir, même avec les brokers Market Maker, le trader doit payer pour des frais de transactions, il n'y a donc pas de " trading sans commission et sans frais ", car certains courtiers annoncent qu'ils cherchent à attirer de nouveaux clients de cette manière. Le spread est la différence entre le prix auquel nous pouvons acheter et le prix auquel nous pouvons vendre.

Lorsque nous maintenons une position CFD ouverte pendant la nuit, nous devons payer des intérêts sur cette position (swap). Le taux d'intérêt est établi comme une marge sur un taux d'intérêt standard publié quotidiennement, tel que le LIBOR (London Interbank Offered Rate), et les courtiers CFD demandent généralement un taux d'intérêt de 2 à 3 points sur le LIBOR ou un autre taux d'intérêt standard similaire. Cet intérêt est calculé quotidiennement, y compris les fins de semaine, en fonction de la valeur actuelle de l'actif sous-jacent. Il faut tenir compte du fait que le montant investi par le trader pour ouvrir la position, c'est-à-dire la marge initiale, ne compense pas la valeur du prêt ; des intérêts sont donc payés sur la valeur totale de la position. Ainsi, par exemple, si nous ouvrons une position acheteur pour 5 000 $, nous devons payer environ 0,92 $ par jour en intérêts, selon un taux d'intérêt proche de 6,7 %. Le montant payé en intérêts dépend également de la façon dont la position se termine à la fin de la journée de trading. Si la valeur de la position a diminué, le trader paie moins, mais si elle a augmenté, il doit payer plus.

Dans le cas de positions courtes (vente), le trader reçoit un intérêt quotidien pour les positions overnight. L'intérêt est égal au taux d'intérêt de référence moins une marge fixe, comme le taux LIBOR moins 2 %. Comme dans le cas des positions à l'achat, l'intérêt est calculé quotidiennement, y compris les fins de semaine.

Une charge ou un profit supplémentaire qu'un trader peut réaliser lorsqu'il négocie des CFDs à base d'actions est le dividende. Bien que les CFD ne confèrent pas au trader la propriété des actions sous-jacentes, s'il détient une position ouverte en CFD sur actions jusqu'à la date de paiement du dividende, il reçoit un paiement correspondant à un montant légèrement inférieur au dividende qui lui est attribué dans son compte de trading. Le contraire s'applique si le trader détient une position courte ouverte sur actions jusqu'à la date de paiement du dividende (date ex-dividende). Il est à noter que ces paiements et frais ne sont pas effectués par la société émettrice des actions, mais par le courtier CFD.

Lorsqu'un trader ouvre une position longue sur des CFDs à base d'actions, il est éligible à recevoir tous les dividendes que ces actions rapportent. Dans le cas de positions courtes, les coûts sont inversés, c'est-à-dire que l'investisseur reçoit des intérêts quotidiens sur les positions au jour le jour et doit payer la valeur du dividende au lieu de le recevoir.

Les brokers gagnent donc de l'argent avec les intérêts perçus, les spreads ou avec une commission sur chaque transaction.

Certains courtiers facturent une commission fixe, ce qui est extrêmement rentable pour les grandes positions. Pour les petites transactions, le spread est plus avantageux, car il n'y a pas de frais minimum.

Les contrats pour différence ne sont pas soumis à la taxe sur les transactions financières qui est entrée en vigueur depuis le 1er août 2012. Cette nouvelle loi concerne uniquement le transfert de propriété d'un titre en fin de journée. L'acheteur d'un CFD ne possède pas l'action physiquement, il passe juste un contrat avec un courtier qui fait office de contrepartie.

compte démo gratuit