Español  français

Dépressions inflationnistes et dynamique monétaire

Dépressions inflationnistes

Les dépressions inflationnistes sont un phénomène économique qui peut avoir des conséquences dévastatrices pour une économie.

Elles naissent de l'interaction entre la quantité de monnaie et la dette dans le système économique.

Nous examinerons ci-dessous la relation entre la monnaie, la dette et le rôle des banques centrales, l'exercice d'équilibre qu'elles doivent réaliser pour éviter les catastrophes économiques et la manière dont la dynamique monétaire peut conduire à des dépressions inflationnistes.

La dynamique de la dette et de la monnaie dans un système économique peut montrer comment les dépressions inflationnistes apparaissent et comment elles peuvent potentiellement être atténuées, voire évitées.

Principaux enseignements - Dépressions inflationnistes et dynamique monétaire

  • Les dépressions inflationnistes peuvent avoir des conséquences dévastatrices pour une économie et sont le résultat de l'interaction entre la monnaie et la dette dans le système économique.
  • Les banques centrales jouent un rôle essentiel dans la gestion de l'équilibre entre la dette et la monnaie afin d'éviter les désastres économiques, mais trouver le bon équilibre est une tâche difficile.
  • La dynamique de la dette et de la monnaie dans un système économique peut conduire à des dépressions inflationnistes, et il est important de comprendre cette dynamique pour atténuer et éventuellement éviter les crises financières.

Le rôle de la monnaie et de la dette dans l'économie

Dans toute économie, le rôle de la monnaie et de la dette est double.

Elles servent de moyen d'échange, permettant les transactions, et de réserve de valeur, permettant l'accumulation et la préservation de la valeur dans le temps.

La dette est considérée comme une promesse de paiement dans un certain type de monnaie, comme le dollar, l'euro, le yen ou le peso, et elle joue un rôle important dans le fonctionnement du système financier mondial.

La dette : un actif et un passif

La dette est l'actif d'une personne et le passif d'une autre.

Le détenteur d'un actif de dette s'attend à le convertir un jour en argent, puis en biens et services.

Par conséquent, il est conscient de l'inflation - le taux de perte du pouvoir d'achat - par rapport à la compensation qu'il reçoit pour la détention de la dette, généralement sous la forme d'intérêts.

Le rôle de la banque centrale

La banque centrale de chaque pays a la capacité unique de produire le type de monnaie et de crédit qu'elle contrôle.

Par exemple, la Réserve fédérale américaine crée de la monnaie et du crédit libellés en dollars, tandis que la Banque du Japon émet de la monnaie et du crédit libellés en yens.

Au fil du temps, les banques centrales et les emprunteurs et prêteurs du marché libre créent de grandes quantités d'actifs et de passifs liés à la dette dans le cadre d'une relation symbiotique.

Le défi de l'équilibre de la dette

Plus ces dettes s'accumulent, plus il est difficile pour les banquiers centraux de maintenir un équilibre afin d'éviter que ces dettes ne créent des problèmes.

Les décideurs politiques, qui contrôlent les politiques monétaires et fiscales, ont généralement suffisamment de pouvoir pour redistribuer ces charges dans les situations de crise :

  • modifier les taux d'intérêt sur les dettes
  • modifier les durées
  • modifier les bilans de ces dettes
  • les déprécier.

Mais ils ne parviennent pas toujours à trouver le bon équilibre.

Les compromis entre croissance et inflation tendent généralement à devenir très aigus à un moment ou à un autre.

Alléger les crises de la dette

En règle générale, les banques centrales atténuent les crises de la dette en "imprimant" une quantité importante de la monnaie dans laquelle la dette est libellée.

Toutefois, lorsque la dette est libellée dans une devise étrangère, il n'est pas possible de procéder de la manière habituelle.

L'impression de monnaie entraînera une baisse du taux de change de la monnaie nationale par rapport à la monnaie étrangère.

Cela aggrave la situation et équivaut à une forte hausse des taux d'intérêt.

La dynamique des devises

Si la valeur d'une monnaie diminue par rapport à une autre à un rythme supérieur au différentiel de taux d'intérêt et au taux d'inflation, le détenteur de la dette libellée dans la monnaie qui s'affaiblit subit une perte.

Exemple

Supposons qu'une personne possède une obligation étrangère lui rapportant 10 % d'intérêts par an et qu'elle soit financée par sa monnaie nationale qui rapporte 4 % par an.

Le différentiel de taux d'intérêt est de 6 %, ce qui représenterait son gain nominal net si le taux de change ne changeait pas.

Supposons que le taux d'inflation soit de 3 % et que le taux de dépréciation (de la monnaie étrangère par rapport à la leur) soit de 8 % par an.

Dans ce cas, leur rendement est négatif de 5 % (rendement de 10 % moins le coût de financement de 4 % moins le taux d'inflation de 3 % moins la dépréciation de la monnaie de 8 %), en supposant qu'il n'y ait pas de défaillance, de perte de crédit ou de fluctuations défavorables du prix de l'obligation elle-même (c'est-à-dire le risque de duration).

Il y a également des considérations fiscales (paiement d'impôts sur les gains nominaux).

Dynamique des devises

Si les traders/investisseurs prévoient que cette faiblesse persiste sans être compensée par des taux d'intérêt plus élevés, une dynamique monétaire dangereuse commence à se développer.

Les détenteurs de dettes dans la monnaie la moins performante sont incités à la vendre et à transférer leurs actifs dans une autre monnaie ou dans une réserve de richesse non monétaire, comme l'or.

Cette dynamique monétaire peut conduire à des dépressions inflationnistes, où la faiblesse de l'économie s'accompagne d'une chute de la monnaie et d'une forte inflation.

Sorties de capitaux et faiblesse des monnaies

Les capitaux ont tendance à quitter un environnement considéré comme inhospitalier en raison de l'existence de problèmes d'endettement, économiques ou politiques.

Cet exode se traduit généralement par un affaiblissement significatif de la monnaie.

Ceux qui financent leurs activités dans le pays à la monnaie faible en empruntant dans la monnaie forte voient le coût de leur dette s'envoler.

Par conséquent, les pays ayant de graves problèmes d'endettement, une dette importante libellée en devises étrangères et une forte dépendance à l'égard des capitaux étrangers sont généralement confrontés à d'importantes faiblesses monétaires.

Cette faiblesse monétaire est le moteur de l'inflation pendant une dépression.

Comment les dépressions peuvent-elles être inflationnistes ?

Dans des circonstances normales, l'inflation est causée par un excès de la demande par rapport à l'offre, ce qui entraîne une hausse des prix.

Toutefois, dans une dépression, l'activité économique générale est faible et la demande est généralement réduite.

L'inflation en période de dépression semble donc contre-intuitive. Cependant, lorsqu'une monnaie s'affaiblit considérablement, l'inflation peut se produire même en période de dépression.

Lorsqu'une monnaie s'affaiblit, sa valeur par rapport aux autres diminue.

Cela signifie qu'il faut davantage de la monnaie affaiblie pour acheter des biens et des services à l'étranger ou toute marchandise dont le prix est fixé sur un marché mondial (comme le pétrole, par exemple).

Les biens et marchandises importés deviennent donc plus chers en termes de monnaie locale affaiblie. Cela entraîne une augmentation du niveau général des prix et donc de l'inflation.

En outre, lorsqu'une monnaie s'affaiblit, les investisseurs/traders et les particuliers peuvent commencer à s'attendre à une nouvelle dévaluation de la monnaie.

Pour protéger la valeur de leurs actifs, ils peuvent convertir leurs avoirs en d'autres devises ou actifs qui conservent mieux leur valeur, comme l'or, les terrains ou l'immobilier, les actifs financiers dans d'autres devises, etc.

Cela augmente encore la demande d'autres devises et actifs, ce qui affaiblit encore plus la monnaie locale.

En cas de dépression, une banque centrale peut imprimer davantage de monnaie pour stimuler l'économie, mais cela a pour effet d'inonder le marché avec davantage de monnaie, ce qui accentue la dévaluation, entraîne une fuite des capitaux et contribue à l'inflation.

Par conséquent, en période de dépression, une monnaie faible peut être un moteur important de l'inflation, malgré la faiblesse générale de la demande dans l'économie.

Il s'agit d'une situation que l'on peut qualifier de stagflation, une combinaison de croissance économique stagnante et d'inflation élevée, mais qui est généralement pire que cela.

Le déroulement des ajustements économiques

Cette situation persiste généralement jusqu'à ce que les prix de la monnaie et de la dette baissent suffisamment pour les rendre attractifs et bon marché.

Le resserrement prend fin lorsque les dettes ne sont pas remboursées ou que suffisamment d'argent est disponible pour atténuer le resserrement, que les exigences en matière de service de la dette sont réduites ou que la monnaie se déprécie nettement plus que l'inflation ne reprend.

Les actifs du pays et les produits qu'il vend au monde deviennent alors compétitifs, ce qui améliore sa balance des paiements.

Toutefois, l'évolution réelle de ces ajustements économiques peut dépendre dans une large mesure du paysage politique.

Si les marchés sont autorisés à fonctionner librement, les ajustements finissent par se produire et les problèmes sont résolus. Bien que ces ajustements puissent créer des problèmes économiques et financiers importants à grande échelle, il s'agit de mécanismes autocorrectifs.

Mais si la situation politique se détériore à un point tel que la productivité se dégrade matériellement, les problèmes peuvent persister pendant longtemps.

Quand les dépressions inflationnistes se transforment-elles en hyperinflation ?

Les dépressions inflationnistes peuvent se transformer en hyperinflation dans certaines conditions, généralement lorsque la banque centrale d'un pays imprime de la monnaie de manière continue et excessive, ce qui entraîne une augmentation rapide et exponentielle de la masse monétaire.

Cela se produit souvent en cas de manque de confiance dans l'économie et de déséquilibre important entre l'offre et la demande de monnaie.

Voici un aperçu plus détaillé du processus :

Augmentation rapide de la masse monétaire

Les banques centrales peuvent augmenter considérablement la masse monétaire pour stimuler l'économie en période de dépression, rembourser les dettes nationales ou financer les dépenses publiques.

Si ce processus se poursuit sans restriction, la quantité de monnaie en circulation peut augmenter rapidement.

Et il n'est pas facile d'arrêter d'imprimer de la monnaie pendant une crise.

Arrêter d'imprimer de la monnaie alors que les capitaux sortent peut créer un resserrement extrême des liquidités et souvent une chute profonde de l'activité économique.

Et plus la crise dure, plus il est difficile d'arrêter la planche à billets.

Perte de confiance

À mesure que l'argent afflue dans l'économie, la valeur de la monnaie commence à diminuer.

Lorsque les particuliers et les entreprises perdent confiance dans le maintien de la valeur de la monnaie, ils essaient de la dépenser le plus rapidement possible, généralement pour acheter des biens tangibles ou d'autres monnaies plus stables (fuite des capitaux).

Chaque vague d'impression monétaire est de plus en plus transférée vers des actifs étrangers ou réels au lieu d'être dépensée en biens et services au sein de l'économie nationale pour stimuler la croissance économique.

Déséquilibre de l'offre et de la demande

L'augmentation rapide de la demande (argent et crédit) de biens, combinée à une diminution de l'offre (qui peut être due à des facteurs tels qu'une baisse de la productivité ou des difficultés à obtenir des matières premières), entraîne une hausse des prix.

Attentes de l'inflation

L'inflation peut devenir une prophétie auto-réalisatrice. Si les gens s'attendent à ce que les prix augmentent, ils seront plus enclins à acheter des biens maintenant plutôt que d'attendre, ce qui augmentera encore la demande et fera grimper les prix.

Lorsque tous ces facteurs sont réunis, il peut en résulter une hyperinflation, généralement définie comme un taux d'inflation mensuel de 50 % ou plus.

L'hyperinflation est une situation économique extrême et relativement rare, mais elle peut être dévastatrice lorsqu'elle se produit, comme le montrent des exemples historiques tels que le Zimbabwe à la fin des années 2000 ou l'Allemagne d'après la Première Guerre mondiale.

Une fois déclenchée, l'hyperinflation peut être difficile à contrôler et nécessite des mesures drastiques pour stabiliser l'économie.

En règle générale, la monnaie doit être progressivement abandonnée et remplacée par une nouvelle monnaie dotée d'une garantie "solide" (par exemple, une valeur monétaire garantie par de l'or et/ou de l'argent).

Cela peut aller jusqu'à la dollarisation de l'économie ou au remplacement de la monnaie par celle d'un pays stable. Par exemple, l'Équateur est passé au dollar en 2000 pour contrôler ses problèmes d'inflation.

Les meilleurs brokers pour le trading de CFD

Brokers Plateformes Notre avis Site officiel
AvaTrades MetaTrader 4 et 5
AvaOptions
Avis AvaTrade Site AvaTrade
XTB xStation 5 Avis XTB Site XTB
Admiral Markets MetaTrader 4 et 5 Avis Admirals Site Admirals
PepperstoneMetaTrader 4 et 5
cTrader, TradingView
Avis PepperstoneSite Pepperstone
IGIG, ProRealTime,
MT4, L2 Dealer
Avis IGSite IG
ActivTradeMetaTrader 4 et 5
ActivTrader, TradingView
Avis ActivTradesSite ActivTrades
XM MetaTrader 4 et 5 Avis XM Site XM
DarwinexMetaTrader 4 et 5
Trader Workstation
Avis Darwinex Site Darwinex

Le trading de CFD implique un risque de perte significatif, il ne convient donc pas à tous les investisseurs. 74 à 89% des comptes d'investisseurs particuliers perdent de l'argent en négociant des CFD.

FAQ - Dépressions inflationnistes et dynamique monétaire

Quels sont les principaux objectifs de la monnaie et de la dette ?

La monnaie et la dette ont deux rôles principaux : ils servent de moyen d'échange et de réserve de valeur.

En tant que moyen d'échange, la monnaie facilite le trade des biens et des services, éliminant ainsi le besoin de faire du troc.

La dette, en tant que promesse de paiement d'un certain montant à l'avenir, facilite les flux de capitaux, permettant les emprunts et les prêts.

En tant que réserve de valeur, la monnaie et la dette permettent aux particuliers, aux entreprises et aux gouvernements de préserver leur pouvoir d'achat au fil du temps.

En quoi la dette est-elle un actif et un passif ?

La dette est un actif pour le prêteur et un passif pour l'emprunteur. Lorsqu'un prêteur prête de l'argent, il acquiert un actif sous forme de dette.

Cet actif est la promesse de l'emprunteur de rembourser le prêt avec les intérêts au fil du temps.

Inversement, pour l'emprunteur, la même dette est un passif, une obligation financière qui doit être remboursée.

Quelle est la relation entre la dette et le type de monnaie ?

La dette est libellée dans un certain type de monnaie, comme le dollar, l'euro, le yen ou le peso.

Les détenteurs d'actifs de la dette, qui s'attendent à les convertir en argent, puis en biens et services, sont très conscients du taux d'inflation, ou de la perte de pouvoir d'achat, par rapport au taux d'intérêt qu'ils reçoivent pour la détention de la dette.

Dans le cas d'une dette étrangère libellée dans une autre devise, le taux de change est également important.

Des mouvements défavorables des taux de change peuvent réduire à néant tout gain de rendement nominal.

Les traders/investisseurs doivent en tenir compte :

  • rendement nominal
  • taux d'inflation
  • fluctuations des taux de change
  • risque de taux d'intérêt (risque de duration)
  • risque de crédit
  • impôts
  • coût d'opportunité

Les banques centrales peuvent-elles produire n'importe quel type de monnaie ?

Non, les banques centrales ne peuvent produire que le type de monnaie et de crédit qu'elles contrôlent.

Par exemple, la Réserve fédérale américaine crée de la monnaie et du crédit libellés en dollars, tandis que la Banque du Japon crée de la monnaie et du crédit libellés en yens.

Comment les banques centrales et les emprunteurs et prêteurs du marché libre interagissent-ils dans le temps ?

Les banques centrales et les emprunteurs et prêteurs du marché libre créent souvent des masses de plus en plus importantes d'actifs et de passifs au fil du temps.

Plus ces masses sont importantes, plus il est difficile pour les banques centrales d'équilibrer les forces qui pourraient les faire basculer dans une dépression déflationniste (dans les pays à monnaie de réserve) ou inflationniste (dans les pays à monnaie non de réserve), d'un côté, et de l'autre.

Comment les banques centrales atténuent-elles généralement les crises de la dette ?

Les banques centrales atténuent généralement les crises de la dette en "imprimant" une grande quantité de la monnaie dans laquelle la dette est libellée.

Si cette stratégie stimule les dépenses d'investissement et l'économie, elle déprécie également la valeur de la monnaie, toutes choses égales par ailleurs.

Qu'est-ce qu'une dynamique monétaire dangereuse ?

Si la valeur d'une devise diminue plus rapidement que son taux d'intérêt, le détenteur d'une dette libellée dans la devise qui s'affaiblit perd de l'argent.

Si les traders/investisseurs s'attendent à ce que cette faiblesse persiste sans être compensée par des taux d'intérêt plus élevés, une dynamique monétaire dangereuse se développe.

Cette dynamique est souvent à l'origine de dépressions inflationnistes, les détenteurs de dettes dans la monnaie la moins performante étant incités à la vendre et à transférer leurs actifs dans une autre monnaie ou dans une réserve de valeur non monétaire, comme l'or.

Quel est le rôle des sorties de capitaux dans une dépression inflationniste ?

Les sorties de capitaux se produisent généralement lorsque l'environnement d'un pays devient inhospitalier en raison de problèmes tels que la dette, l'instabilité économique ou les problèmes politiques.

Ces sorties affaiblissent souvent la monnaie de manière significative, contribuant ainsi à l'inflation pendant une dépression.

Cet effet est aggravé lorsque les entités qui ont emprunté dans une monnaie plus forte voient le coût de leur dette augmenter, ce qui entraîne une nouvelle dépréciation de la monnaie.

Quand le resserrement de la monnaie dans un pays confronté à une dépression inflationniste prend-il fin ?

Cette situation prend généralement fin lorsque les dettes ne sont pas remboursées ou que suffisamment d'argent est créé pour atténuer la pression.

D'autres solutions peuvent consister à réduire les exigences du service de la dette par des mécanismes tels que l'abstention ou à déprécier la monnaie plus que l'inflation, de sorte que les actifs et les exportations du pays deviennent compétitifs, améliorant ainsi sa balance des paiements.

Cependant, la situation politique peut grandement influencer le cours de ces ajustements.

Si l'on laisse les forces du marché agir librement, les problèmes peuvent finir par se résoudre.

Toutefois, si la politique interfère avec la productivité, créant une spirale descendante, la crise peut persister pendant longtemps.

Conclusion

L'interaction entre la dette et la monnaie joue un rôle important dans la santé économique d'une nation.

Comprendre cette dynamique peut permettre de gérer et éventuellement de prévenir les crises financières.

Cependant, les ajustements économiques nécessaires pour atténuer ces situations dépendent souvent du paysage politique.

S'il est vrai que si l'on laisse les marchés fonctionner librement, les ajustements finissent par se produire et les problèmes sont résolus, les perturbations politiques peuvent prolonger la durée des difficultés économiques.

C'est pourquoi on ne saurait trop insister sur l'importance d'une politique monétaire et budgétaire saine pour relever ces défis.

Le rôle des banques centrales dans l'atténuation de ces défis est important, tout comme la nécessité d'un environnement politique stable pour permettre les ajustements économiques nécessaires.