espa˝ol  franšais

Le produit intérieur brut (PIB) et son importance

PIB

Le produit intérieur brut (PIB) est l'une des mesures les plus utilisées pour mesurer la production d'une économie.

Il définit la valeur totale des biens et services produits à l'intérieur des frontières d'un pays dans une période de temps spécifique - mensuellement, trimestriellement ou annuellement.

Le PIB est une indication précise de la taille d'une économie, tandis que le PIB par habitant montre l'évolution du niveau de vie au fil du temps.

Le taux de croissance du PIB est probablement le meilleur indicateur de croissance économique. Le prix Nobel Paul A.

Samuelson et l'économiste William Nordhaus l'ont dit : "Bien que le PIB et le reste des comptes du revenu national peuvent sembler être des concepts obscurs, ils font parti des grandes inventions du XXe siècle."

Pourquoi le PIB est important ?

Samuelson et Nordhaus, résument bien l'importance des comptes d'une nation et de son PIB dans leur ouvrage "Economics." Ils comparent la capacité du PIB a donné une image globale de la santé d'une économie à un satellite dans l'espace qui peut sonder la météo sur tout un continent. Le PIB permet aux décideurs et aux banques centrales de juger si une économie se contracte, si elle est en expansion, si elle a besoin d'un coup de pouce ou de retenue et si une menace comme une récession ou de l'inflation se profile à l'horizon.

Les revenus d'une nation et ses comptes de production forment la base de la mesure du PIB qui permet aux traders de CFD, aux économistes et aux entreprises d'analyser l'impact des variables telles que la politique monétaire et budgétaire, les chocs économiques comme un pic du prix du pétrole, des régimes fiscaux et des dépenses. Ces informations permettent de mieux informer les politiciens et les institutions et donc de contribuer à une réduction significative de la gravité des cycles économiques depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Les calculs du PIB

Le PIB peut être calculé soit par l'approche des dépenses (la somme totale des dépenses dans une économie pendant une période donnée) ou la méthode du revenu (le total de ce que tout le monde a gagné). Les deux devraient produire le même résultat. Une troisième méthode - la méthode de la valeur ajoutée - est utilisée pour calculer le PIB de l'industrie.

Le PIB en termes de dépenses produit à la fois une valeur réelle (corrigé de l'inflation) et une valeur nominale, tandis que le calcul du PIB en termes de revenus est uniquement effectué en valeur nominale. L'approche des dépenses est la plus courante, elle est obtenue en additionnant la consommation totale, les dépenses publiques, l'investissement et les exportations nettes.

PIB = C + I + G + (X - M)

C : la consommation privée ou les dépenses de consommation
I : les dépenses des entreprises
G : les dépenses du gouvernement
X : les exportations
M : les importations

Pourquoi le PIB fluctue ?

Le PIB fluctue en raison de la conjoncture. Lorsqu'une économie est en plein essor et que le PIB augmente, il arrive un moment où les pressions inflationnistes s'accumulent rapidement à cause du travail et de la capacité de production qui atteignent leur capacité maximum. Cela conduit la banque centrale à commencer un cycle de resserrement monétaire pour refroidir la surchauffe de l'économie et combattre l'inflation. Comme les taux d'intérêt augmentent, les entreprises et les consommateurs réduisent leurs dépenses et l'économie ralentit. Le ralentissement de la demande conduit les entreprises à licencier des employés, ce qui affecte la confiance et la demande des consommateurs. Pour briser ce cercle vicieux, la banque centrale facilite la politique monétaire pour stimuler la croissance économique et l'emploi, jusqu'à ce que l'économie soit en plein essor une fois de plus.

Les dépenses de consommation représentent la plus grande composante de l'économie (70 % de l'économie américaine). La confiance des consommateurs a donc un impact significatif sur la croissance économique. Un niveau élevé de confiance indique que les consommateurs sont prêts à dépenser, alors qu'un niveau de confiance faible reflète l'incertitude de l'avenir et une réticence à dépenser. L'investissement des entreprises est un autre élément essentiel du PIB, car il augmente la capacité de production et stimule l'emploi. Les dépenses du gouvernement ont une importance particulière en tant que composante du PIB quand les dépenses des consommateurs et les investissements des entreprises diminuent fortement, comme par exemple après une récession. Enfin, un compte courant excédentaire augmente le PIB d'une nation, tandis qu'un déficit chronique diminue le PIB.

Inconvénients du PIB

Les critiques de l'efficacité du PIB pour mesurer la production économique sont :

  • Il ne tient pas compte de l'économie souterraine - le PIB repose sur des données officielles, il ne tient pas compte de l'ampleur de l'économie souterraine qui peut être importante dans certains pays.
  • Il s'agit d'une mesure imparfaite dans certains cas - le produit national brut (PNB) qui mesure la production des citoyens et des entreprises d'un pays en particulier, indépendamment de leur emplacement, est considéré comme une meilleure mesure de la production de PIB dans certains cas. Par exemple, le PIB ne tient pas compte des bénéfices réalisés dans un pays par des sociétés étrangères qui sont versées à des investisseurs étrangers. Il peut surestimer la production économique réelle d'un pays. Par exemple, l'Irlande avait PIB de 210,3 milliards et un PNB de 164,6 milliards de dollars en 2012, la différence de 45,7 milliards de dollars (21,7% du PIB) est en grande partie due un rapatriement de profits par des sociétés étrangères basées en Irlande.
  • Il met l'accent sur ​​la production économique sans tenir compte du bien-être économique - la croissance du PIB ne peut pas mesurer le développement d'une nation ou le bien-être de ses citoyens. Par exemple, une nation peut connaître une croissance rapide du PIB, mais cela peut imposer des coûts importants pour la société en termes d'impact environnemental et d'augmentation de la disparité des revenus.

 

Croissance du PIB : Tendances mondiales

Les discussions sur la croissance du PIB se tournent invariablement au rythme effréné de la croissance enregistrée par la Chine depuis la fin des années 1970 et de l'Inde depuis les années 1990, à la suite de réformes économiques qui ont revitalisé les géants asiatiques. Les petites nations comme les tigres asiatiques - Hong Kong, Singapour, la Corée du Sud et Taiwan - ont déjà connu une croissance économique rapide à partir des années 1960 en dynamisant leurs exportations et en se concentrant sur ​​leurs avantages concurrentiels. Mais la Chine et l'Inde ont réussi en dépit de leurs populations massives, un taux moyen de 10 % de croissance du PIB en Chine depuis 1978 et un rythme de croissance plus lent en Inde ont permis à des centaines de millions de personnes d'échapper à la pauvreté.

Les marchés émergents et les pays en développement ont augmenté à un rythme plus rapide que les pays développés depuis les années 1990 (tableau 1), la divergence des taux de croissance a augmenté depuis la fin de la Grande Récession au début de 2009. Par exemple en 2011, les pays en développement ont collectivement enregistré une croissance du PIB de 6,2 %, tandis que les pays développés n'ont progressé que de 1,7 %. En 2014, les pays en développement devraient progresser de 5,1 % et les pays développés de 2,0 %. L'écart de croissance devrait se contracter, mais il reste important.

Tableau 1: Croissance annuelle moyenne du PIB pour pays

1990 - 20002000 - 2012
Chine10,6%10,6%
Inde6,0%7,7%
États-Unis3,6%1,6%
Allemagne1,6%1,1%
Japon1,0%0,7%

 

Cliquez ici pour consulter 60 indicateurs économiques de 198 pays.

L'évolution future du PIB

L'organisation de coopération et de développement économique (OCDE), dans un rapport publié en novembre 2012, prévoit des changements majeurs dans le PIB mondial d'ici l'an 2060. Le rapport dit que sur la base des valeurs de la parité de pouvoir d'achat (PPA) de 2005, la Chine deviendra la plus grande économie du monde avec un PIB de 15,26 trillions de dollars en 2016, dépassant le PIB de 15,24 trillions des États-Unis pour la première fois. L'économie chinoise devrait être de 1,5 fois plus grande que les États-Unis en 2030 et 1,7 fois en 2060. L'Inde devrait également dépasser l'économie américaine pour devenir la deuxième plus grande économie en 2051. Le rapport prévoit également que le PIB combiné de la Chine et de l'Inde dépassera celui du G-7 (les plus riches économies du monde) en 2025 et de 1,5 fois plus en 2060.

Mais peut-on extrapoler les taux de croissance remarquables des géants asiatiques indéfiniment dans l'avenir ? Dans un rapport publié en novembre 2013, l'ancien secrétaire du trésor américain Lawrence Summers, économiste à Harvard et Lant Pritchett ont remis en cause cette hypothèse que la Chine et l'Inde pourraient se développer rapidement pendant une durée indéterminée. Summers et Pritchett affirment que si la Chine et l'Inde continuent de croître fortement jusqu'en 2033, leur PIB combiné serait de 56 trillons de dollars, alors que si elles ralentissent dans la tendance de la moyenne mondiale, leur PIB global serait d'environ 12 à 15,5 trillions, soit environ un quart de la précision du scénario à croissance rapide.

Mais même si leurs taux de croissance ralentissent à cause de leur taille, la Chine et l'Inde semblent être inexorablement sur ​​la bonne voie pour devenir les plus grandes économies du monde. Les entreprises les plus importantes et les mieux gérées dans ces pays seront parmi les plus grands bénéficiaires de l'expansion économique à long terme. Un investisseur qui souhaite participer à ces perspectives de croissance peut facilement le faire avec des fonds négociés en bourse comme le iShares FTSE China Large-Cap ETF (NYSE: FXI ) qui suit la performance des 26 plus grandes entreprises chinoises comme China Mobile, China Construction Bank, Tencent Holdings et PetroChina. Ou le Fonds Indien (NYSE: IFN ), un fonds à capital fixe qui a été introduit en février 1994 qui investit dans les entreprises les plus connues du sous-continent, comme HDFC, Infosys, Tata Consultancy Services, le CCI, la Banque ICICI et Hindustan Unilever.

Utiliser les données du PIB pour le trading de CFD

La plupart des pays publient les données du PIB chaque mois et trimestre. Aux États-Unis, le Bureau of Economic Analysis (BEA) publie une version anticipée du PIB trimestriel quatre semaines après la fin du trimestre, et une version finale trois mois après la fin du trimestre. Les annonces du BEA sont exhaustives et contiennent une foule de détails, permettant aux économistes et traders d'obtenir des informations et d'avoir des idées sur divers aspects économiques.

L'impact du PIB sur ​​les marchés est généralement limitée, car il est "passéiste", une quantité considérable de temps est déjà écoulée entre la fin du trimestre et la diffusion des données du PIB. Toutefois, ces données peuvent avoir un impact sur ​​les marchés boursiers si les chiffres réels diffèrent considérablement des attentes.

Une mesure intéressante que les investisseurs peuvent utiliser pour évaluer un marché actions est le ratio de la capitalisation boursière totale par rapport au PIB, exprimé en pourcentage. L'équivalent le plus proche en termes de valorisation des actions est le ratio price-to-sales (capitalisation boursière / chiffre d'affaires). Les actions dans les différents secteurs se négocient avec des ratios prix-ventes très divergent, par exemple, les États-Unis avaient un ratio de capitalisation boursière au PIB de 120 % à la fin du Q3 en 2013, tandis que la Chine avait un ratio d'un peu plus de 41 % et Hong Kong de plus de 1300 % à la fin 2012. L'utilité de ce rapport réside donc dans la comparaison aux normes historiques pour chaque pays.

compte démo gratuit