Español  français

Le cycle économique et son impact sur les marchés financiers

cycle économique

Les cycles économiques sont des périodes au cours desquelles l'économie se développe ou se contracte.

Les quatre principales phases d'un cycle économique sont l'expansion, le pic, la contraction et le creux.

L'inflation, la croissance du PIB et la main-d'œuvre (emploi et chômage) sont les trois indicateurs les plus importants à surveiller lorsqu'on essaie de déterminer où nous en sommes dans le cycle économique.

Inflation

Les pressions inflationnistes augmentent généralement lorsqu'une économie s'approche de sa pleine capacité, et une inflation croissante peut donc être un signe que l'économie est en fin de cycle.

Croissance du PIB

La croissance du PIB est un autre indicateur important à surveiller, car il peut fournir des indices sur la durabilité de l'expansion économique.

Des indicateurs comme le PMI permettent de savoir si l'industrie manufacturière est en expansion ou en contraction. Lorsque le PMI est inférieur à 50, l'industrie manufacturière est en phase de contraction. Lorsque le PMI est supérieur à 50, l'industrie manufacturière est en phase d'expansion.

Travail

Les niveaux de chômage ont tendance à baisser dans les économies de fin de cycle, car les entreprises ont de plus en plus de mal à trouver des travailleurs.

Tous ces indicateurs doivent être surveillés de près afin d'avoir une idée de l'état du cycle économique.

Courbe de rendement

La courbe de rendement est un autre indicateur du cycle économique.

La courbe de rendement est une représentation graphique de l'évolution des rendements des obligations d'État à mesure que la date d'échéance de l'obligation s'allonge.

Elle tend à être orientée vers le haut et s'aplatit lorsque les échéances sont plus longues.

La courbe des rendements en pente ascendante indique une rémunération plus importante à mesure que la durée de votre investissement augmente. Ainsi, les obligations à long terme ont généralement des rendements plus élevés que les obligations à court terme.

Cependant, lorsque l'économie est en fin de cycle, la courbe de rendement peut s'inverser, les obligations à court terme ayant des rendements plus élevés que les obligations à long terme.

Cela s'explique par le fait que les investisseurs anticipent une hausse de l'inflation à l'avenir et exigent donc un rendement plus élevé pour les obligations à court terme.

Il existe un certain nombre d'indicateurs qui peuvent signaler qu'une économie est en fin de cycle.

Comment le cycle économique et le marché boursier sont-ils liés ?

Le cycle économique est souvent utilisé comme indicateur du marché boursier.

Lorsque l'économie est en phase d'expansion, on pense généralement que le marché boursier sera également en expansion. Cependant, il arrive que le marché boursier atteigne un sommet avant le cycle économique, ce qui peut signaler une récession imminente.

L'économie financière (le marché de l'argent et du crédit) devance l'économie réelle (le marché des biens et des services).

Quelles sont les causes des cycles économiques ?

Il existe de nombreuses causes possibles des cycles économiques, mais l'une des plus courantes est l'évolution de la politique gouvernementale.

Les modifications des taux d'imposition, des taux d'intérêt et des dépenses publiques peuvent toutes entraîner des changements dans le cycle économique.

Parmi les autres causes potentielles, citons les catastrophes naturelles, l'innovation technologique et les changements dans le comportement des consommateurs.

Qu'entend-on par économie à cycle tardif ?

En général, l'économie de fin de cycle fait référence à la période proche de la fin d'une expansion économique, lorsque la croissance ralentit et que les prix des actifs atteignent des sommets.

Il s'agit généralement d'une période où la Réserve fédérale resserre sa politique monétaire afin d'éviter les pressions inflationnistes.

Quel est l'impact d'un cycle tardif sur le marché boursier et les autres marchés financiers ?

L'économie de fin de cycle a un impact sur le marché boursier et les autres marchés financiers de plusieurs façons.

Premièrement, les économies de fin de cycle ont tendance à se caractériser par des taux d'intérêt plus élevés. Il est donc plus coûteux pour les entreprises d'emprunter de l'argent et cela peut entraîner un ralentissement de la croissance économique.

Deuxièmement, les économies à cycle tardif sont souvent associées à des pressions inflationnistes. Cela peut entraîner une hausse des prix des biens et des services, ce qui peut réduire les bénéfices des entreprises.

Troisièmement, les économies à cycle tardif peuvent également être marquées par une incertitude accrue. Cela signifie que la distribution des attentes actualisées des marchés s'élargit, ce qui peut entraîner une plus grande volatilité des marchés.

Cela peut inciter les traders et les investisseurs à vendre des actifs à risque s'ils pensent qu'une récession est probable, ce qui entraîne des baisses sur le marché boursier.

Comment les entreprises peuvent-elles se préparer aux économies de fin de cycle ?

Il existe un certain nombre de choses que les entreprises peuvent faire pour se préparer aux économies de fin de cycle :

- Revoir leurs niveaux d'endettement et s'assurer qu'ils sont gérables

- Constituer des réserves de trésorerie pour faire face à d'éventuels ralentissements.

- Investir dans des processus et des technologies plus efficaces afin d'améliorer les marges.

- Revoir la composition de leur clientèle et diversifier leurs sources de revenus.

- Préparer des plans d'urgence en cas de ralentissement économique ou de récession.

Quels sont les indicateurs d'une économie en fin de cycle ?

Il existe un certain nombre d'indicateurs qui peuvent signaler qu'une économie est en fin de cycle. Il s'agit notamment de :

  • la hausse des taux d'intérêt
  • l'augmentation des niveaux d'endettement des entreprises
  • le ralentissement de la croissance économique
  • le resserrement des conditions du marché du travail
  • pressions inflationnistes
  • inversion de la courbe des taux

Il est important de suivre de près tous ces indicateurs afin de prendre des décisions d'investissement en connaissance de cause.

On peut aussi avoir un portefeuille équilibré afin d'être largement à l'abri des fluctuations.

Quels sont certains des risques associés aux économies en fin de cycle ?

Il existe un certain nombre de risques associés aux économies en fin de cycle, notamment :

- La hausse des taux d'intérêt peut entraîner une augmentation des coûts d'emprunt et une diminution de l'activité de prêt.

- L'augmentation des niveaux d'endettement des entreprises peut entraîner un risque accru de défaillance.

- Le ralentissement de la croissance économique peut entraîner une hausse du chômage.

- Le resserrement des conditions du marché du travail peut entraîner une inflation des salaires et une augmentation des pressions sur les coûts pour les entreprises.

- Les pressions inflationnistes peuvent entraîner une hausse des prix des biens et des services.

Quelles sont les stratégies que les investisseurs peuvent utiliser pour naviguer dans les économies de fin de cycle ?

Il existe un certain nombre de stratégies que les investisseurs peuvent utiliser pour naviguer dans les économies de fin de cycle, notamment :

a) Les traders et les investisseurs doivent envisager de diversifier leurs portefeuilles. Cela signifie investir dans une variété d'actifs, notamment des actions, des obligations et des liquidités. Diversifiez vos portefeuilles en fonction des classes d'actifs, des devises et des zones géographiques.

b) Les participants au marché doivent rééquilibrer leurs portefeuilles périodiquement.

Cela permet de s'assurer que votre portefeuille est correctement aligné avec vos objectifs d'investissement et votre tolérance au risque.

c) Enfin, les traders et les investisseurs doivent rester disciplinés dans leur stratégie d'investissement. Cela signifie qu'il faut s'en tenir à son plan et ne pas vendre ses investissements lorsque le marché boursier baisse. Il peut être douloureux de conserver des actifs en baisse, mais c'est souvent la pire chose à faire en période de dislocation des liquidités.

d) Augmenter les réserves de trésorerie et privilégier les investissements défensifs.

e) Surveiller de près les indicateurs pour détecter les signes de détérioration des conditions. Cela inclut des éléments comme les données manufacturières (par exemple, PMI) dans les centres de production, tels que la Chine et l'Allemagne.

f) Envisagez des stratégies telles que le placement de votre argent dans les produits de consommation de base et les services publics plutôt que dans les produits de consommation discrétionnaire.

g) Envisagez des investissements alternatifs tels que les fonds spéculatifs et les fonds de capital-investissement si vous disposez de ces opportunités.

En général, les flux de rendement qui ne sont pas corrélés à vos autres investissements. Il peut s'agir de placements alternatifs liquides.

h) Gérez activement vos portefeuilles pour vous protéger contre les risques de baisse.

En quoi une économie de milieu de cycle diffère-t-elle d'une économie de fin de cycle ?

Une économie de fin de cycle se caractérise généralement par un ralentissement de la croissance économique, une hausse des taux d'intérêt et une augmentation des niveaux d'endettement des entreprises.

Une économie de milieu de cycle se caractérise généralement par une croissance économique et des taux d'intérêt stables.

Comment savoir si une économie de milieu de cycle se transforme en économie de fin de cycle ?

Vous pouvez savoir qu'une économie de milieu de cycle entre dans une économie de fin de cycle lorsque l'inflation augmente et/ou que les banques centrales commencent à augmenter les taux d'intérêt pour faire face à l'inflation ou à l'inflation potentielle

Quelles sont les 5 étapes du cycle économique ?

Premièrement, vous avez l'expansion. C'est lorsque le chômage est faible et que les entreprises se développent.

Ensuite, il y a l'économie de fin de cycle, c'est-à-dire lorsque la croissance ralentit mais que les prix des actifs atteignent des sommets.

L'étape suivante est la récession, lorsque le chômage augmente et que l'activité économique se contracte.

Après la récession, vient le creux de la vague, lorsque les taux d'intérêt ont été suffisamment réduits pour que suffisamment d'argent et de crédit soient injectés dans le système afin que l'économie atteigne le creux de la vague et entre dans ce que l'on appelle la reprise.

La reprise est le moment où l'activité économique commence à redémarrer mais où le chômage reste élevé.

Enfin, on assiste à une nouvelle expansion. Cela complète le cycle économique.

Certains diront qu'il y a vraiment 4 phases d'un cycle économique...

Quelles sont les 4 phases du cycle économique ?

Les quatre phases du cycle économique sont l'expansion, le pic, la contraction et le creux.

Qu'entend-on par cycle économique spécifiquement en macroéconomie ?

Le cycle économique, également connu sous le nom de cycle économique ou cycle commercial, est le mouvement à la baisse et à la hausse du produit intérieur brut (PIB) autour de sa tendance de croissance à long terme.

La durée d'un cycle économique est la période de temps entre un pic et un creux.

Qu'est-ce qu'une phase d'expansion ?

Une phase d'expansion est caractérisée par une augmentation du PIB et une baisse du chômage.

Il s'agit généralement d'une période où les entreprises se développent et embauchent.

Qu'est-ce qu'un pic ?

Un pic se caractérise par un ralentissement de la croissance du PIB et une augmentation des pressions inflationnistes.

C'est généralement le moment où la Réserve fédérale (ou la banque centrale nationale) augmente les taux d'intérêt pour refroidir l'économie.

Qu'est-ce qu'une phase de contraction ?

Une phase de contraction est caractérisée par une baisse du PIB et une hausse du chômage.

Il s'agit généralement d'une période où les entreprises réduisent leurs dépenses et leurs embauches.

Qu'est-ce qu'un creux ?

Un creux est caractérisé par une croissance du PIB au plus bas et des pressions inflationnistes en baisse.

C'est généralement le moment où la Réserve fédérale abaisse les taux d'intérêt pour stimuler l'économie et la faire repartir.

Traditionnellement, c'est le meilleur moment pour acheter des actifs à risque, c'est-à-dire lorsque l'économie est faible et que la banque centrale injecte beaucoup de stimulants pour la relancer.

Comment les cycles économiques affectent-ils l'économie ?

Le cycle économique affecte l'économie de plusieurs manières. Le moyen le plus évident est l'emploi.

Lorsque le PIB augmente, les entreprises embauchent généralement. Cela entraîne une baisse du chômage et une hausse des salaires.

Lorsque le PIB ralentit et entre dans une phase de contraction, les entreprises commencent généralement à licencier. Cela entraîne une hausse du chômage et une baisse des salaires.

Le cycle économique affecte également l'inflation.

Lorsque l'économie connaît une croissance rapide, les entreprises ont souvent du mal à répondre à la demande. Elles peuvent augmenter les prix pour compenser cette situation. Cela peut entraîner des pressions inflationnistes.

Lorsque l'économie ralentit et entre dans une phase de contraction, les entreprises ont souvent des capacités excédentaires et peuvent réduire leurs prix afin d'augmenter la demande. Cela peut conduire à des pressions déflationnistes.

Le cycle économique affecte également les taux d'intérêt. Lorsque l'économie connaît une croissance rapide, la Réserve fédérale augmente souvent les taux d'intérêt pour refroidir l'économie et prévenir les pressions inflationnistes.

Lorsque l'économie ralentit et entre dans une phase de contraction, la Réserve fédérale abaisse souvent les taux d'intérêt pour stimuler l'activité économique.

Le cycle économique affecte également le prix des actions. Lorsque l'économie connaît une croissance rapide, les entreprises se portent généralement bien et le prix de leurs actions augmente.

Lorsque l'économie ralentit et entre dans une phase de contraction, les entreprises peuvent commencer à éprouver des difficultés et leurs cours boursiers chutent, car les opérateurs se rendent compte que les bénéfices risquent de baisser.

Quelle est la durée de chaque phase du cycle économique ?

Il n'y a pas de durée fixe pour chaque phase du cycle économique. Elles peuvent durer des années, voire des décennies, ou seulement quelques mois.

La durée de chaque phase dépend d'un certain nombre de facteurs, il n'y a donc pas de calendrier précis.

Le cycle économique moyen est d'environ 7 à 8 ans.

Mais, dans l'ensemble, plus les mesures de relance sont rapides et extrêmes, plus l'économie est susceptible de surchauffer rapidement et d'entraîner une récession.

Quelles sont les causes du cycle économique ?

Il n'existe pas de cause unique au cycle économique, mais le fait de produire du crédit et la nécessité de rembourser cette dette à terme font que le comportement économique commence à ressembler rapidement à un cycle.

Lorsque les particuliers, les entreprises et les gouvernements empruntent, ils ne se contentent pas d'emprunter à un prêteur, ils empruntent à leur avenir. Cela signifie qu'ils doivent dépenser moins à l'avenir.

En fin de compte, c'est le résultat d'un certain nombre de facteurs différents. Il s'agit notamment de l'évolution des dépenses de consommation, de l'évolution des dépenses publiques, de l'évolution des investissements des entreprises et de l'évolution de l'offre de monnaie et de crédit.

Comment se termine un cycle économique ?

Les cycles économiques se terminent lorsque les bénéfices sont inférieurs à ce qui est dû collectivement. Lorsque les flux de trésorerie sont submergés par les paiements du service de la dette, l'économie se retourne.

Cela se produit souvent lorsque la Fed (ou la banque centrale nationale) resserre trop sa politique monétaire et fait basculer l'économie dans une récession.

La fin d'un cycle économique peut se produire pour des raisons purement monétaires, mais aussi pour d'autres raisons, comme une pandémie, une sécheresse, une inondation ou une catastrophe naturelle.

Quels sont les indicateurs courants de chaque phase du cycle économique ?

Il existe un certain nombre d'indicateurs différents qui peuvent être utilisés pour identifier chaque phase du cycle économique.

Parmi les indicateurs courants figurent la croissance du PIB, le chômage, l'inflation, les taux d'intérêt et le cours des actions.

Quelles sont les différentes méthodes pour contrôler les cycles économiques ?

Il existe un certain nombre de méthodes différentes pour contrôler les cycles économiques.

La politique monétaire

La méthode la plus courante est la politique monétaire.

La Réserve fédérale et les autres banques centrales peuvent utiliser les taux d'intérêt pour tenter de ralentir une économie qui croît trop rapidement et qui commence à subir des pressions inflationnistes.

Elles peuvent également utiliser les taux d'intérêt pour tenter de stimuler une économie qui ralentit et entrer dans une phase de récession.

La politique fiscale

La politique budgétaire est une autre méthode de contrôle des cycles économiques.

Le gouvernement peut utiliser les dépenses et les impôts pour tenter de stimuler une économie qui ralentit. Il peut également utiliser les dépenses et les impôts pour tenter de refroidir une économie qui croît trop rapidement.

Réglementation et stabilité financière

Une troisième méthode de contrôle des cycles économiques consiste à prendre en compte la réglementation et la stabilité financière.

Le gouvernement peut adopter des réglementations qui tentent de stabiliser l'économie en limitant le montant des risques que les entreprises peuvent prendre.

Il peut également mettre en place des réglementations visant à empêcher la formation de bulles financières.

Quels sont les différents types de cycles économiques ?

Cycle dette-déflation

Le type de cycle économique le plus courant est le cycle dette-déflation.

Dans ce cas, l'économie connaît une croissance rapide et crée beaucoup de dettes.

Lorsque l'économie commence à ralentir, les entreprises peuvent avoir des difficultés à rembourser leurs dettes, ce qui peut entraîner une forte contraction de l'activité économique.

Les récessions dans les marchés développés dont la plupart des dettes sont libellées en monnaie nationale, ce qui rend leurs récessions déflationnistes.

Cela signifie qu'ils s'en sortent en modifiant les taux d'intérêt, en changeant les échéances (étalement de la dette), en dépréciant une partie de la dette et en changeant le bilan sur lequel elle se trouve.

Le cycle inflationniste

Un autre type de cycle économique est le cycle inflationniste.

Il s'agit d'une économie qui croît rapidement et où les pressions inflationnistes commencent à s'accumuler.

Lorsque l'économie ralentit, les entreprises peuvent réduire leurs prix afin d'augmenter la demande, ce qui peut entraîner des pressions déflationnistes.

Le cycle stagflationniste

Un troisième type de cycle économique est le cycle stagflationniste.

Il s'agit d'une économie qui connaît en même temps l'inflation et le chômage ou une faible croissance (voire une croissance négative).

Il peut s'agir d'un environnement économique difficile à gérer, car il peut être difficile de trouver les bonnes politiques qui permettront de stimuler la croissance tout en maîtrisant l'inflation.

Le problème fondamental dans un environnement stagflationniste est que le taux d'intérêt nécessaire pour contenir l'inflation est trop élevé par rapport à ce que les marchés et l'économie peuvent tolérer.

Quel est l'impact du cycle économique sur le marché des matières premières ?

Lorsque le cycle économique est dans la phase où la demande nominale atteint un pic, c'est souvent le meilleur moment pour les matières premières.

C'est pourquoi il est communément admis que le meilleur environnement pour les matières premières est une économie chaude et florissante où la croissance réelle et l'inflation sont élevées.

Dans cet environnement, les prix des matières premières ont tendance à augmenter car la demande dépasse l'offre.

Cependant, lorsque le cycle économique se retourne et entre dans une phase de récession, cela est souvent négatif pour les matières premières.

Pendant une récession, la demande de produits de base diminue car les entreprises et les consommateurs réduisent leurs dépenses. Cela peut entraîner une baisse des prix des produits de base.

Quel est l'impact du cycle économique sur le marché boursier ?

Le cycle économique peut avoir un impact important sur le marché boursier.

Lorsque l'économie connaît une croissance rapide, cela est souvent considéré comme positif pour les actions, car les entreprises ont tendance à bien se porter dans cet environnement.

Les premières phases d'un cycle économique sont généralement favorables aux actions, car les banques centrales tentent de relancer l'économie. Une grande partie de l'argent et du crédit créés sont investis dans des actifs financiers.

Cependant, lorsque l'économie ralentit et entre dans une phase de récession, cela est souvent considéré comme négatif pour les actions, car les entreprises peuvent commencer à éprouver des difficultés.

Quel est l'impact du cycle économique sur le marché des obligations d'État ?

Les obligations d'État des pays à monnaie de réserve font souvent partie des meilleurs actifs à détenir lorsque l'économie se retourne.

Elles sont une source de sécurité et peuvent constituer un endroit fiable pour stocker des économies. Les actions font souvent moins bien.

Quel est l'impact du cycle économique sur les marchés des devises ?

Le cycle économique peut avoir un impact sur les marchés des devises.

Lorsque l'économie connaît une croissance rapide, cela entraîne souvent une appréciation de la valeur de la monnaie, car les entreprises et les investisseurs cherchent à investir dans le pays.

Cependant, lorsque l'économie ralentit et entre dans une phase de récession, cela conduit souvent à une dépréciation de la valeur de la monnaie, les entreprises et les investisseurs retirant leur argent du pays.

Quels sont certains des risques associés aux cycles économiques ?

Inflation et déflation

L'inflation est un risque car les cycles économiques peuvent entraîner des spirales inflationnistes ou déflationnistes.

Les spirales se produisent lorsque le cycle économique exacerbe des tendances préexistantes, entraînant une hausse ou une baisse des prix qui renforce encore le cycle économique.

Les spirales inflationnistes se produisent lorsque les cycles économiques conduisent à des augmentations de prix, ce qui entraîne une augmentation de l'activité économique et des prix.

Cela peut entraîner une surchauffe de l'économie et conduire à une récession.

Les spirales déflationnistes se produisent lorsque les cycles économiques conduisent à des baisses de prix, ce qui entraîne une diminution de l'activité économique et une baisse des prix.

Cela peut entraîner une contraction de l'économie et conduire à une récession.

Les responsables politiques essaieront toujours de viser un taux d'inflation d'au moins zéro.

Lorsque l'inflation est inférieure à zéro, cela signifie que la production et l'emploi ne sont pas entièrement maximisés.

Ils essaieront néanmoins de maintenir l'inflation à un niveau bas, généralement entre zéro et quatre pour cent. Un objectif d'inflation de deux pour cent est courant.

Bulles d'actifs

Il existe un certain nombre de risques associés aux cycles économiques. L'un d'eux est que les cycles économiques peuvent conduire à des bulles d'actifs.

C'est le cas lorsque les prix d'actifs tels que les logements ou les actions augmentent fortement en raison d'une demande excessive.

Ces bulles peuvent finir par éclater, entraînant une forte baisse des prix et une contraction de l'activité économique.

Ce phénomène est le plus probable lorsque les achats sont effectués à crédit.

Les crises financières

Un autre risque est que les cycles économiques peuvent conduire à des crises financières.

C'est le cas lorsqu'une forte contraction de l'activité économique entraîne une vague de défauts de paiement et de faillites parmi les entreprises et les ménages.

Cela peut provoquer une grave perturbation du système financier et de l'économie dans son ensemble.

C'est particulièrement vrai lorsque des intermédiaires clés, comme les banques commerciales, sont surendettés et/ou surexposés à ce qui s'effondre.

Leur solvabilité peut être menacée, ce qui signifie que des choses que les gens considèrent comme acquises peuvent être en difficulté, comme leurs comptes d'épargne, leurs comptes d'investissement, etc.

Risque de change

La surstimulation d'une économie peut entraîner une inflation trop importante et une dépréciation de la monnaie.

Il s'agit d'un autre risque lié au cycle économique.

Baisse de la production et hausse du chômage

Enfin, les cycles économiques peuvent également conduire au chômage.

En effet, lors des contractions du cycle économique, les entreprises licencient souvent des travailleurs afin d'économiser de l'argent pour les aider à survivre et parce que le travail disparaît lorsque la production diminue.

Cela peut conduire à une hausse du chômage, ce qui peut avoir un impact négatif sur les dépenses des gens.

Dans les économies développées comme les États-Unis, les dépenses de consommation représentent généralement environ 70 % de l'économie.

Quels sont certains des défis associés à la gestion du cycle économique ?

L'un des défis de la gestion des cycles économiques est qu'il peut être difficile d'identifier quand un cycle économique est sur le point de commencer ou de se terminer.

En effet, les cycles économiques peuvent être causés par une variété de facteurs, et il y a souvent un décalage entre le moment où ces facteurs commencent à changer et celui où le cycle économique commence ou se termine effectivement.

Un autre défi de la gestion des cycles économiques est que les cycles économiques peuvent avoir des impacts différents sur les différents secteurs de l'économie.

Par exemple, certains secteurs peuvent se porter bien pendant une période d'expansion économique, tandis que d'autres peuvent se porter mal. Il peut donc être difficile de mettre en place des politiques efficaces pour l'ensemble de l'économie.

Enfin, les cycles économiques peuvent être difficiles à gérer car ils impliquent souvent des compromis entre différents objectifs, le plus courant étant l'équilibre entre la croissance et l'inflation, qui est un équilibre fondamental du marché.

Par exemple, les politiques qui stimulent la croissance économique peuvent entraîner une hausse de l'inflation, tandis que les politiques visant à contenir l'inflation peuvent ralentir la croissance économique. Les responsables politiques doivent soigneusement peser ces compromis afin de prendre les meilleures décisions pour l'économie.

Quand les cycles économiques sont-ils plus difficiles à gérer ?

Les cycles économiques sont plus difficiles à gérer lorsque les décideurs politiques sont plus contraints.

Lorsque les décideurs sont confrontés à une économie en déclin et que les taux d'intérêt sont à zéro ou proches de zéro (c'est-à-dire qu'ils ne sont pas suffisants pour faire repartir l'économie), à des déficits élevés, à une monnaie faible, à une inflation élevée ou à une faible confiance des entreprises, les cycles économiques sont plus difficiles à gérer.

Conclusion

Le cycle économique est le résultat d'un certain nombre de facteurs différents et peut se terminer pour diverses raisons. Il existe un certain nombre d'indicateurs qui peuvent être utilisés pour identifier chaque phase du cycle économique.

Les principaux d'entre eux sont le PMI, la croissance, l'inflation et le chômage.

Il existe également un certain nombre de méthodes permettant de contrôler les cycles économiques.

La méthode la plus courante est la politique monétaire. Une autre méthode est la politique fiscale. Une troisième méthode est la réglementation et les considérations de stabilité financière.

Les différents types de cycles économiques comprennent le cycle dette-déflation, le cycle inflationniste et le cycle stagflationniste.

Les politiques fiscales et monétaires seront utilisées pour aider à lisser les cycles économiques et réduire leurs impacts sur l'économie. Cependant, les cycles économiques peuvent être difficiles à gérer et il faut souvent faire des compromis entre les différents objectifs.

Il est important de comprendre où nous en sommes dans le cycle économique afin de prendre les meilleures décisions pour l'économie d'un point de vue politique et pour l'allocation des capitaux du point de vue d'un négociant ou d'un investisseur.

Les meilleurs brokers pour le trading de CFD

Broker Plateformes Notre avis Site officiel
AvaTrades MetaTrader 4 et 5
AvaOptions
Avis AvaTrade Site AvaTrade
XTB xStation 5 Avis XTB Site XTB
Admiral Markets MetaTrader 4 et 5 Avis Admiral Markets Site Admiral Markets
PepperstoneMetaTrader 4 et 5
cTrader, TradingView
Avis PepperstoneSite Pepperstone
XM MetaTrader 4 et 5 Avis XM Site XM

Le trading de CFD implique un risque de perte significatif, il ne convient donc pas à tous les investisseurs. 74 à 89% des comptes d'investisseurs particuliers perdent de l'argent en négociant des CFD.