espa˝ol  franšais

Pourquoi et comment les entreprises versent des dividendes ?

versement des dividendes

Avant de décrire les différentes politiques utilisées par les entreprises pour déterminer le montant des dividendes versés aux actionnaires, regardons les arguments pour ou contre la politique de dividendes.

Arguments contre dividendes

Tout d'abord, certains analystes financiers estiment que l'examen d'une politique de dividendes n'est pas pertinent, car les investisseurs ont la possibilité d'ajuster leurs portefeuilles boursiers pour obtenir des dividendes qui reflètent leurs propres préférences. Par exemple, les investisseurs qui recherchent un revenu régulier sont plus susceptibles d'investir dans des obligations (avec des paiements d'intérêts qui ne changent pas), plutôt que dans des actions qui versent des dividendes (dont la valeur peut fluctuer). Les investisseurs qui possèdent des obligations ne se soucient donc pas des politiques de dividendes.

Le deuxième argument prétend que peu ou pas de dividendes est plus favorable aux investisseurs. Les partisans de ce point de vue soulignent que la fiscalité sur les dividendes est plus élevée que sur le gain en capital. L'argument contre les dividendes est fondé sur la conviction qu'une entreprise qui réinvestit les fonds (plutôt que de les distribuer sous forme de dividendes) va augmenter la valeur de l'entreprise dans son ensemble et par conséquent, augmenter la valeur des actions en bourse. Selon les partisans de l'absence de politique de dividendes, les alternatives d'une entreprise pour les excédents de trésorerie sont les suivantes : entreprendre plus de projets, le rachat d'actions propres de la société, l'acquisition de nouvelles entreprises et d'actifs rentables, réinvestir dans des actifs financiers.

Arguments pour les dividendes

En opposition à ces deux arguments, le versement de dividendes est important pour les investisseurs, car ils offrent une garantie sur le bien-être financier de l'entreprise. Les dividendes sont également attrayants pour les investisseurs qui cherchent à obtenir un revenu régulier. De nombreux exemples montrent que la diminution ou l'augmentation des dividendes peut influer sur le cours d'un titre. Les entreprises qui ont une longue histoire de versements de dividendes stables seraient affectées négativement en abaissant ou en omettant de distribuer des dividendes. Ces entreprises seraient affectées positivement par l'augmentation de versements de dividendes ou en offrant des paiements supplémentaires de ces mêmes dividendes. Les entreprises n'ayant jamais offerts de dividendes sont généralement considérées favorablement lorsqu'elles déclarent de nouveaux dividendes.

Les différentes politiques de dividendes

Dividende Résiduel

Les entreprises qui utilisent une politique de dividendes résiduels choisissent d'utiliser une partie de leurs bénéfices pour financer de nouveaux projets. Les paiements de dividendes proviennent donc de la part résiduelle ou des restes après le financement des projets. Ces entreprises tentent généralement de maintenir un équilibre entre leurs dettes et leurs capitaux propres avant d'effectuer des distributions de dividendes. Les dividendes sont versés uniquement s'il y a assez d'argent après toutes les dépenses d'exploitation et de développement.

Par exemple, supposons qu'une société a récemment gagné 1000 $ et qu'elle souhaite maintenir un ratio dette / capitaux propres de 0,5. Si cette entreprise veut financer un projet qui coûte 900 $, pour maintenir le ratio dette / capitaux propres de 0,5, elle doit payer un tiers de ce projet à l'aide de la dette (300 $) et les deux tiers (600 $) à l'aide de ses fonds propres. Le montant résiduel pour les dividendes est donc de 400 $ (1.000 $ - 600 $). Il n'y aurait pas eu de dividende si le projet avait une exigence de capital de 1500 $, car l'exigence de la dette aurait été de 500 $ et l'exigence de fonds propres de 1000 $ (soit la totalité des fonds propres) Si le projet nécessite des fonds supérieurs à l'équité disponible, l'entreprise, peut émettre de nouvelles actions.

Dividende Stable

Avec une politique de dividendes stables, les entreprises peuvent choisir de verser une fraction fixe du bénéfice trimestriel ou annuel. Dans les deux cas, l'objectif est de réduire l'incertitude pour les investisseurs.

Par exemple, si une société gagne 1000 $ dans l'année (avec des revenus trimestriels de 300 $, 200 $, 100 $ et 400 $), et qu'elle décide de verser 10 % de la rémunération annuelle (1000 $ x 10% = 100 $), elle paierait 25 $ (100 $ / 4) aux actionnaires chaque trimestre. L'entreprise pourrait aussi décider d'une politique conjoncturelle avec des paiements de dividendes ajustés chaque trimestre (30 $, 20 $, 10 $ et 40 $). Dans les deux cas, les entreprises qui suivent cette politique de dividendes partagent leurs bénéfices avec les actionnaires au lieu d'investir dans de nouveaux projets avec les excédents de trésorerie.

Dividende Hybrid

La dernière approche est la plus utilisée par les entreprises, elle combine les politiques de dividendes résiduels et stables. Dans une politique de dividendes Hybrid, les entreprises ont tendance à considérer le ratio dette / capitaux propres à long terme plutôt qu'un objectif à court terme. Comme ces entreprises connaissent souvent des fluctuations du cycle économique, elles versent le plus souvent un dividende fixe qui correspond à une partie relativement faible du revenu annuel. Ces entreprises offrent en plus un autre dividende exceptionnel versé uniquement si le revenu dépasse le niveau général.

compte démo gratuit