Español  français

Les brokers commencent à exporter des NDF suite aux décisions australiennes sur les CFD

NDF vs CFD

(28/10/2020) La semaine dernière, les autorités australiennes ont largué une bombe sur les CFD en Australie, limitant ainsi la manière dont ils sont vendus et exécutés.

La nouvelle série de décisions de l'Australian Securities and Investments Commission (ASIC) comprend des changements drastiques concernant la fourniture de CFD par les fournisseurs de produits dérivés OTC, avec des restrictions sur l'effet de levier, la normalisation des accords de clôture de marge des brokers qui agissent comme un coupe-circuit pour clôturer une ou plusieurs positions de CFD d'un client particulier avant que la totalité ou la plupart de l'investissement du client ne soit perdu, la protection contre les soldes négatifs des comptes en limitant les pertes de CFD d'un client de particulier aux fonds de son compte de trading, et l'interdiction de donner ou d'offrir certaines incitations aux clients comme des bonus de dépôt, des rabais ou de cadeaux "gratuits".

Cette restructuration était inévitable, et fait suite à un important discours de l'ASIC au cours des dernières années, visant spécifiquement les CFD et le trading sur marge sur le marché des changes en Australie, le deuxième plus grand centre mondial de brokers CFD après le Royaume-Uni.

Au Royaume-Uni, le foyer absolu du trading des CFD, les grands brokers ont formé des groupes de pression, visant spécifiquement à travailler avec la Financial Conduct Authority (FCA) au Royaume-Uni afin de trouver un terrain d'entente pour que la FCA, et les très puissantes bourses en Angleterre cherchent à sur-réglementer le secteur OTC afin qu'il puisse mettre la main sur le marché sans avoir à se moderniser pour concurrencer les petits brokers.

En 2018, la FCA avait précédé les mesures prises par l'ASIC en lançant des propositions visant à imposer des règles permanentes pour l'offre de CFD aux clients particuliers.

Depuis lors, l'appât n'a pas cessé, mais la dynamique du trading des CFD, qui est tout aussi populaire aujourd'hui qu'avant le début des persécutions réglementaires, n'a pas non plus cessé.

Les NDF, une alternative aux CFD ?

Les NDF, un acronyme pour Non-Deliverable Forwards, sont très populaires dans la très convoitée région Asie-Pacifique, et ont vu une revisitation par les grandes institutions financières.

Si les brokers choisissent la voie des NDF, une bonne alternative aux CFD pourrait être maintenue, et les régulateurs les laisseront tranquilles, car les banques et les institutions les utilisent en très grand nombre, contrairement aux CFD qui sont la coqueluche du secteur du trading électronique pour les investisseurs particuliers.

Denis Peganov, directeur du développement commercial chez FXOpen, une société qui possède près de 20 ans d'expertise dans la région Asie-Pacifique, a déclaré :

"Nous pensons qu'offrir des NDF est une opportunité que les brokers devraient explorer. Nous n'avons pas vu beaucoup d'intérêt de la part de nos clients, cependant, cela pourrait nous donner accès à un marché différent et à des clients différents. Seuls les brokers réglementés ayant une forte expertise technologique et des relations de prime broker pourront entrer sur ce marché, ce qui signifie qu'il y aura moins de concurrence"

C'est en effet intéressant, car un chevauchement peut se produire au début, et éventuellement les clients actuels des CFD qui recherchent une plus grande liberté et moins de restrictions par l'approche réglementaire orwellienne pourraient rejoindre les traders institutionnels et les grandes entités qui font d'énormes volumes de NDF quotidiennement.

Le trading des NDF en Asie du Sud-Est est en plein essor. Les fournisseurs de CFD pourraient facilement se joindre à l'action, car la croissance de cette alternative ignorée est absolument évidente.

Contrairement au change au comptant, un NDF a des vertus similaires qui font des CFD des instruments populaires, car un NDF est un contrat à terme ou un contrat à terme de gré à gré dans lequel les contreparties règlent la différence entre le prix ou le taux du NDF contracté et le prix ou le taux au comptant en vigueur sur un montant notionnel convenu.

Ce type de trading a connu sa plus grande popularité dans les régions où les opérations de change à terme ont été interdites par le gouvernement, généralement pour prévenir la volatilité des taux de change.

Sur les marchés établis, les NDF ont été salués comme un moyen pour les sociétés de change de gré à gré de réduire le risque d'être exposées à des épisodes soudains et inattendus de volatilité du marché et d'exposer leurs clients à de tels épisodes.

Curieusement, le trading des NDF n'a pas connu le même succès que le trading des CFD, avec une clientèle fidèle et dévouée en Grande-Bretagne qui négocie les CFD avec vigueur sur un marché largement national, par l'intermédiaire de géants britanniques du trading électronique, souvent cotés en bourse, surtout si l'on considère le mépris réglementaire mondial pour les CFD qui a suivi le désintérêt de nombreuses sociétés de change pour les NDF.

Les sociétés de courtage qui cherchent des partenaires stratégiques en Malaisie ont tendance à se concentrer, avec une certaine futilité, sur les opérations de change au comptant et à rater l'occasion de participer aux NDF.

Au cours de l'année dernière, les opérations sur les contrats à terme ont augmenté de 43 %, pour atteindre 999 milliards de dollars par jour. Les opérations à moyen terme sur les contrats à terme fermes sont plus courantes que les swaps de change, et 61 % du chiffre d'affaires des contrats à terme fermes concerne des échéances supérieures à sept jours et allant jusqu'à trois mois. Le dollar américain était d'un côté de 88% des opérations à terme.

Dans les différentes catégories d'instruments des contrats à terme ferme, les NDF ont représenté une part importante de l'augmentation des échanges entre 2016 et 2019, reflétant notamment la forte activité des marchés du won coréen, de la roupie indienne et du NDF réel brésilien.

Il est intéressant de noter la place importante qu'occupe le contrat à terme sur la roupie indienne sur la nouvelle bourse DGCX de Dubaï, qui est de loin le produit le plus négocié.

Le Fonds monétaire international est l'une des entités qui a soulevé le sujet de l'importance des NDF ce mois-ci.

Jochen M. Schmittmann et Chua Han Teng ont produit un rapport complet la semaine dernière au Fonds monétaire international, indiquant que les marchés à terme non-livrables (NDF) de nombreuses devises de marchés émergents asiatiques sont importants, en croissance rapide, et dépassent souvent les marchés nationaux en termes de volume de transactions. Les NDF ont tendance à se déprécier considérablement pendant les périodes de tensions sur les marchés.

Le FMI affirme que les retombées des NDF sur les marchés onshore sont une préoccupation des décideurs politiques. L'analyse du FMI montre que les influences ont tendance à aller dans les deux sens après avoir tenu compte des différences de fuseaux horaires entre les marchés. Les approches politiques des NDF varient considérablement en Asie, allant d'une intégration étroite avec les marchés nationaux à des restrictions sévères sur les échanges de NDF.

Ainsi, bien que les NDF ne soient pas sans limites, ils sont susceptibles d'être moins ciblés en raison de leur influence massive au niveau supérieur du marché institutionnel et au niveau interbancaire.

Compte démo gratuit