L'économie comportementale et la finance comportementale

L'économie comportementale et la finance comportementale

L'économie comportementale tente d'étudier comment les décisions économiques sont prises et quelles sont les composantes psychologiques en jeu. Une combinaison de psychologie et d'économie est à la base de cette discipline, qui tente de démêler les processus internes qui conduisent à la prise de décision : ces décisions sont-elles rationnelles ou non ? ces décisions permettent-elles d'obtenir une maximisation des résultats ? L'économie comportementale cherche à répondre à ces questions.

La finance comportementale permet de comprendre comment les biais psychologiques affectent la prise de décision des investisseurs. Elle analyse les facteurs émotionnels et la manière dont, en fin de compte, toutes ces composantes finissent par affecter le comportement du marché. Bien que la nature rationnelle des décisions financières soit toujours mise en avant, la finance comportementale attribue des facteurs psychologiques importants aux décisions.

Comprendre l'économie comportementale

Si l'on demandait à une personne comment elle prend ses décisions économiques, il est probable qu'elle parlerait d'un processus de réflexion avant de prendre une décision. Dans un monde idéal, les individus prendraient des décisions économiques en recherchant le plus grand bénéfice et la satisfaction maximale de leurs besoins.

En fait, il existe dans la science économique une théorie appelée théorie du choix rationnel qui soutient que, dans un scénario de pénurie, les gens prennent des décisions qui maximisent leur satisfaction.

Or, l'économie comportementale trouve son champ d'action en partant du principe que la plupart des décisions économiques prises ne sont pas rationnelles. Il convient alors d'analyser les composantes psychologiques qui influencent nos attitudes.

Si une personne choisit de boire du café chez Starbucks tous les matins, il n'y a rien d'irrationnel à cela. Toutefois, si la décision est prise en sachant qu'à quelques mètres de là, il y a un café qui vend du café de la même qualité et à la moitié du prix, que diriez-vous ? Bien sûr ! La décision semble peu rationnelle car, dans ce cas, il n'y a pas de maximisation des bénéfices et de la satisfaction. On pourrait même dire que c'est le contraire. Quels sont donc les facteurs qui poussent une personne à choisir le café le plus cher ? C'est ce que l'économie comportementale tente d'établir.

L'exemple du café n'est qu'un exemple. Notre vie quotidienne est une constante dans notre prise de décision. Comment envoyer nos enfants à l'université, s'il faut renouveler le prêt hypothécaire, où investir mes économies, etc.

Sans craindre de rougir, nous pouvons dire que la plupart de nos décisions économiques sont dictées par les émotions. C'est vrai, nous chercherons alors une explication rationnelle à ce que nous avons décidé. Mais c'est sans aucun doute une impulsion émotionnelle qui nous y a conduits.

Si nous reprenons l'exemple de Starbucks, de nombreuses personnes choisissent ce café, tout en sachant qu'il existe des options moins chères, en raison de facteurs émotionnels : prestige, statut social, image de marque. Après tout, lorsque vous essayez de positionner une marque, vous le faites en faisant appel aux émotions des gens.

Quelles sont les applications de l'économie comportementale ?

Si nous partons du principe que la plupart des décisions économiques sont prises de manière irrationnelle, où les émotions dominent, le champ d'action de cette discipline est large.

L'économie comportementale étudie la manière dont les processus mentaux se développent lors de la décision d'une action économique. À partir de là, les entreprises peuvent utiliser l'économie comportementale pour lancer des produits, leurs caractéristiques et la manière dont ils sont communiqués.

Dans un monde rationnel, les décisions consisteraient, par exemple, à acheter le produit le moins cher qui offre le plus haut niveau de satisfaction. Mais dans le monde réel, cela ne se produit pas. Même dans le monde de l'investissement, les facteurs émotionnels jouent un rôle prépondérant.

Dans un monde de plus en plus compétitif, il est nécessaire de comprendre l'irrationalité des décisions des consommateurs. Bien que cela puisse sembler un oxymore, cette irrationalité suit certains paramètres. L'économie comportementale cherche à les démêler.

De cette manière, les entreprises peuvent mettre en évidence dans leurs produits ou services les émotions qui conduisent à l'achat.

En fait, la publicité et la plupart des actions de marketing ciblent les émotions des consommateurs.

La peur, le plaisir, les liens sociaux, etc. sont des émotions qui motivent les décisions économiques. Il suffit de se rappeler la pyramide de Maslow pour comprendre l'énorme champ d'action d'une discipline telle que l'économie comportementale.

Qu'est-ce que la finance comportementale ?

En avril 2022, la nouvelle est tombée que Berkshire Hathaway, le fonds géré par Warren Buffett, a acquis 121 millions d'actions de Hewlett-Packard. Cette décision a surpris le monde financier. HP est une entreprise qui a perdu du terrain par rapport aux autres entreprises du secteur technologique. Cependant, Buffett a fait un pari très fort. Le résultat ? Immédiatement, les actions de HP ont bondi de 14%. Nous voulons commencer notre analyse de la finance comportementale par cet exemple.

Il est très probable que les investisseurs qui ont suivi Berkshire Hathaway en achetant des actions HP n'ont pas fait l'analyse que Buffett et son équipe ont faite. Ils ont juste dit "si l'Oracle d'Omaha l'a fait, moi aussi".

Cet exemple vise à montrer que nombre de nos décisions financières ne sont pas dictées par la partie rationnelle de notre cerveau. Au lieu de cela, les émotions règnent. La finance comportementale tente de démêler cet écheveau qui affecte les décisions financières. Nous savons déjà, que nous soyons ou non des spécialistes de la finance comportementale, que les actions entreprises par les investisseurs affectent le marché.

Cependant, la finance comportementale soutient qu'il existe des biais psychologiques et cognitifs dans la prise de décision financière. En tant que discipline, la finance comportementale va à l'encontre de la vision traditionnelle de l'efficacité du marché.

La théorie de l'efficience des marchés a longtemps été remise en question. Et certains comportements du marché donneraient du crédit à ces questions. Si nous analysons une série d'événements boursiers, par exemple les ventes massives d'une action, nous pourrions en conclure que la peur est à l'origine de cette vente. Au-delà de l'aspect argumentatif, il est possible que la peur ait poussé les investisseurs.

Principaux aspects de la finance comportementale

Les personnes travaillant dans le domaine de la finance comportementale établissent deux catégories de base dans la finance comportementale.

La microfinance comportementale cherche à étudier et à expliquer le déroulement des processus de décision financière chez les individus.

Une autre catégorie est la finance macro-comportementale. On tente ici d'évaluer les processus qui affectent les marchés financiers, en s'éloignant du concept de leur efficience.

À partir de ces catégories, cette discipline a établi 5 concepts fondamentaux avec lesquels elle travaille.

  • Comportement grégaire : il s'agit du fait que les individus imitent, dans de nombreux cas, le comportement de la majorité. C'est un phénomène qui se retrouve dans le monde de la finance. S'ils vendent beaucoup, d'autres les imitent et les suivent.
  • L'aspect émotionnel des décisions : de nombreuses décisions financières sont empreintes d'émotions. La peur, la colère, l'euphorie sont des composantes qui éloignent les investisseurs des décisions rationnelles. La crainte d'une baisse du marché incite l'investisseur à céder des actifs, même en cas de fort rebond.
  • L'estime de soi : de nombreux investisseurs prennent des décisions en fonction de l'idée qu'ils se font de leurs capacités, de leurs connaissances ou de leurs compétences. Ce comportement n'est pas rationnel et ne suit pas toujours le bon chemin.
  • Comptabilité mentale : l'investisseur se construit un univers interne dans lequel il a alloué de l'argent à des fins spécifiques.
  • Ancrage : Similaire à ce qui précède, ce concept fait référence à la manière dont un investisseur alloue certains niveaux de dépenses en fonction des aspects de satisfaction.

Les biais psychologiques dans la finance comportementale

Au fur et à mesure que la recherche dans cette discipline a progressé, les biais psychologiques et cognitifs qui font l'objet d'une analyse par la finance comportementale ont été établis.

Biais de confirmation

Cet aspect psychologique de la prise de décision est un biais auquel la finance comportementale accorde une attention particulière. Un investisseur a besoin d'informations pour confirmer ses convictions sur un investissement. Et ce, indépendamment de la validation de ces informations ou de leur exactitude ou non. Il importe seulement que cela confirme leurs propres conceptions.

L'expérience en tant que biais psychologique

Les événements récents qui ont profondément affecté les marchés laissent un biais expérientiel dans la mémoire.

La finance comportementale estime que cela déclenche des croyances chez les investisseurs, concernant la probabilité d'une récurrence.

La crise de 2008 en est un exemple. Cela a créé une sorte d'aversion pour les marchés boursiers. De nombreuses personnes ont estimé que ces événements pouvaient se reproduire et se sont tenues à l'écart des marchés. Les événements nous disent que l'économie s'est redressée et, avec elle, les marchés financiers.

Toutefois, la mémoire historique a encore beaucoup de chemin à parcourir pour que les investisseurs oublient leurs craintes.

Aversion aux pertes

Il s'agit d'un concept fondamental de la finance comportementale. Il existe une composante émotionnelle qui pousse certains investisseurs à agir d'une manière particulière face à des pertes. Ils attachent plus d'importance à la douleur d'une perte qu'à la satisfaction d'un gain.

Face à l'aversion aux pertes, la finance comportementale soutient que les investisseurs agissent de différentes manières. Mais tous renforcent le sentiment négatif de perdre de l'argent.

Certains choisissent de conserver l'actif jusqu'à ce qu'ils voient son prix initial remonter, sans évaluer la performance globale du marché. Il y a une attitude de déni face à l'erreur.

Attitude de familiarité dans la finance comportementale

Il existe un groupe d'investisseurs qui ont tendance à diriger leur argent vers des actifs qu'ils connaissent ou avec lesquels ils sont familiers.

Cette composante émotionnelle leur fait perdre de vue d'autres actifs qui offrent des opportunités plus nombreuses et meilleures. Investir dans ces derniers sera une attitude plus rationnelle.

La finance comportementale face à l'hypothèse de l'efficience des marchés

Après avoir analysé ce qu'est la finance comportementale, nous pouvons constater que les deux théories empruntent des voies différentes.

L'hypothèse de l'efficience des marchés soutient que, sur des marchés très liquides, les prix des actifs sont fixés de manière efficiente. Ils sont donc le reflet de toutes les informations disponibles.

Une analyse approfondie du comportement du marché indique le contraire. Les actions, par exemple, évoluent en dehors des aspects purement rationnels. C'est là que la finance comportementale commence à jouer un rôle majeur.

Les facteurs sociaux, cognitifs et psychologiques influencent l'achat et la vente d'actifs.

Pour la nouvelle génération de traders et d'investisseurs, la finance comportementale apporte de nouveaux éléments pour évaluer le comportement du marché.

Sur la base de ces disciplines et à l'aide des outils de l'analyse technique, il est possible de comprendre des phénomènes connexes. Pourquoi nous sommes confrontés à une bulle. Quelle est la raison d'un mouvement particulier sur les actions, etc.

Le comportement de l'investisseur est-il toujours rationnel ?

Les investisseurs sont en définitive les principaux acteurs des marchés financiers. Ce qu'ils font ou ne font pas détermine l'évolution de ces marchés. Les théories dominantes jusqu'à il y a quelques années affirmaient que le comportement des investisseurs était basé sur des actes rationnels. Ils ont cherché à maximiser leur rendement grâce à toutes les informations fournies. Cependant, avec l'émergence de l'économie comportementale et de la finance comportementale en tant que disciplines, ces théories ont été remises en question. Tout indique que le comportement des investisseurs est loin d'être aussi rationnel qu'on pourrait le croire.

Cela implique-t-il un mépris pour l'analyse technique et fondamentale ? Pas du tout. Ce que les nouvelles théories tentent de montrer, c'est que les décisions qui dominent le comportement des investisseurs sont conditionnées par des biais psychologiques.

La rationalité dans le comportement des investisseurs

Les analyses techniques et fondamentales des marchés financiers fournissent une multitude d'informations aux participants. Sur cette base, les théories les plus répandues affirment que, grâce à ces informations, les investisseurs agissent de manière rationnelle lorsqu'ils investissent.

La théorie de l'acteur rationnel est à la base de l'hypothèse de l'efficience des marchés. Il y a quelques années encore, personne n'aurait songé à remettre en question ces postulats. Selon ces théories, le comportement des investisseurs était fondé sur des décisions rationnelles. En utilisant les informations disponibles, les investisseurs tentent de maximiser leurs rendements et de minimiser les risques de pertes.

Loin de ces affirmations, la finance comportementale tente de démontrer et d'expliquer comment les émotions et autres biais psychologiques influencent la prise de décision. La conclusion est que, dans de nombreux cas, le comportement des investisseurs est loin d'être rationnel.

La finance comportementale s'appuie sur des données concrètes pour affirmer que le comportement des investisseurs peut être loin d'être rationnel.

La société de recherche financière Dalbar a publié en 2001 une étude sur les marchés et les performances des investisseurs. Pendant 17 ans, jusqu'en décembre 2000, l'indice S&P 500 a eu un rendement annuel moyen de 16,29 %. En revanche, l'investisseur moyen n'a obtenu qu'un rendement de 5,32 %.

Une situation similaire s'est produite sur les marchés à revenu fixe, où les investissements plus conservateurs prédominent. Le marché des obligations d'État a rapporté 11,83 %. En revanche, l'investisseur moyen a obtenu un rendement d'environ 6,08 %.

Si les marchés étaient le résultat de théories rationnelles et efficientes, la performance de l'investisseur moyen aurait dû être similaire à celle de ce marché. Ce qui se passe, c'est que le rendement moyen, bien inférieur à celui du marché, est le résultat du comportement des investisseurs.

La finance comportementale met l'investisseur à nu

Au-delà de l'efficacité des marchés et de la rationalité des décisions, il est important d'expliquer pourquoi les rendements sont si éloignés de l'optimum. C'est la tâche que se fixent ceux qui abordent la finance comportementale.

Qu'est-ce que la peur du regret ?

Dans le cadre de la nature humaine, les investisseurs commettent parfois des erreurs dans leurs décisions d'achat ou de vente d'actifs financiers. La peur du regret est une réaction émotionnelle à la découverte que nous avons fait une erreur.

Ce comportement des investisseurs consiste à éviter d'exposer des regrets. Lorsqu'une personne découvre qu'elle a acheté des actions à un prix plus élevé qu'elle n'aurait pu le faire, elle fuit son erreur. Loin de se racheter en vendant le bien, ils le conservent par peur de le regretter.

C'est vrai. Personne n'aime être exposé à de mauvaises décisions. Ensuite, l'investisseur pourrait être exposé à une deuxième erreur : le regret de ne pas avoir vendu à temps.

La comptabilité mentale affecte le comportement des investisseurs

Étrangement, nous avons tous l'habitude de créer des compartiments mentaux pour notre argent. D'un côté, nous classons nos dépenses par ordre d'importance, de l'autre nos revenus, et nous essayons de ne pas transgresser ces schémas. Ces schémas nous amènent à agir différemment dans des situations financières similaires.

La finance comportementale a exploré en profondeur ces compartiments mentaux. Ces études peuvent être transposées au comportement des investisseurs. Selon l'étude, une personne décide de se rendre à un spectacle public, avec un billet coûtant 30 dollars. En chemin, elle perd 30 dollars.

En revanche, si la personne achète le billet à l'avance et qu'à son arrivée au spectacle, elle découvre qu'elle a oublié son billet, seuls 40% d'entre eux le rachèteraient.

Comme on peut le constater, deux comportements différents pour des situations de perte similaires. C'est ainsi que fonctionnent les compartiments de la comptabilité mentale.

Transposons cela aux marchés financiers. Le comportement des investisseurs se reflète de manière similaire. Un investisseur est réticent à vendre un actif qui lui a apporté de bons résultats dans le passé. Se débarrasser de tels actifs est douloureux, même si la performance actuelle est très modeste.

L'investisseur a créé des compartiments mentaux dans lesquels il a stocké ces grands résultats, et il est difficile d'en sortir. Comme nous le voyons, l'efficacité et la rationalité sont absentes.

Aversion aux pertes

Nous avons déjà fait référence à ce biais psychologique en parlant de la finance comportementale. Il est maintenant temps d'examiner ce comportement des investisseurs de manière pratique.

L'aversion aux pertes fait référence au fait que les gens accordent une valeur émotionnelle plus élevée à la perte qu'à la victoire. Pour de nombreux investisseurs, le stress causé par les pertes sur les marchés financiers l'emporte largement sur le bonheur de réaliser un bénéfice.

Les conseillers financiers peuvent en témoigner. Statistiquement parlant, les clients sont beaucoup moins nombreux à appeler leur conseiller après un gain important que lorsqu'ils subissent une perte.

Réactions dans le comportement des investisseurs

Les personnes impliquées dans les marchés financiers ont tendance à réagir de manière excessive à certains événements. Comme s'il s'agissait d'une autre facette de la même pièce, ils montrent une réaction retardée, presque apathique, envers les autres.

En réalité, ce qui se passe avec ces personnes, c'est qu'elles se concentrent sur les événements immédiats, laissant de côté les données historiques. Par exemple, une bonne performance du marché les plonge dans un état d'euphorie. Avec cette émotion à fleur de peau, ils pensent que le marché continuera à se comporter de la sorte. Ainsi, à cause de leurs émotions, ils s'exposent à un renversement de tendance non prévu par leur euphorie, mais présent dans les données historiques.

À l'autre extrême, les mauvais résultats et les récessions font ressortir le pessimisme des investisseurs. Cet état émotionnel dure plus longtemps que ce que les chiffres indiquent. Cela se traduit généralement par d'importantes occasions manquées.

Une confiance en soi excessive

Certains traders sur les marchés financiers ont l'impression que leurs compétences sont supérieures à la moyenne. Cette surestimation de leurs compétences d'investisseurs n'est ni plus ni moins qu'une composante émotionnelle.

Ce comportement d'auto-évaluation excessive peut conduire à des erreurs. Si l'on combine ce biais psychologique avec la peur du regret, le cocktail pourrait être explosif et miner les attentes des investisseurs.

Si l'on observe les différentes crises qui se sont déroulées sur les marchés financiers, les événements ne vont pas dans le sens de la rationalité des investisseurs.

Cependant, il y a un côté plus qu'intéressant à cela. Les traders et les investisseurs peuvent s'appuyer sur les recherches et les résultats de la finance comportementale. Nous pouvons mesurer l'humeur des investisseurs.

Si nous pouvons mesurer, en un sens, l'humeur d'un marché et de ses acteurs, nous pouvons améliorer nos stratégies de trading.

Compte démo gratuit